Sur la photo: Denise Caron, directrice par intérim du Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières, Amélie Brousseau, chef de services externes en dépendance du CIUSSS MCQ et Laurianne Petiquay, directrice générale du Centre d’amitié autochtone de La Tuque.
Sur la photo: Denise Caron, directrice par intérim du Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières, Amélie Brousseau, chef de services externes en dépendance du CIUSSS MCQ et Laurianne Petiquay, directrice générale du Centre d’amitié autochtone de La Tuque.

Une approche adaptée aux communautés autochtones

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — En partenariat avec les centres d’amitié autochtones de Trois-Rivières et La Tuque, Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux Mauricie – Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a mis sur pied un programme visant à adapter ses services en dépendance à la réalité des communautés autochtones.

En travaillant de concert, le CIUSSS MCQ et ses partenaires souhaitaient améliorer la rétention des usagers autochtones dans ses services en dépendance, et ce, en se penchant sur les besoins spécifiques de ces personnes.

Deux intervenants des services de réadaptation en dépendance ont entre autres été assignés aux centres d’amitié autochtones de La Tuque et de Trois-Rivières afin de s’imprégner de leur réalité, créer des liens et établir un partenariat avec ces deux organismes.

Au terme des 18 mois de mise en place du projet, plusieurs réussites ont été constatées selon les responsables. De la formation relativement aux outils de détection de la dépendance a notamment été offerte aux employés du Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières. De cette façon, le référencement des usagers potentiels et la visite des intervenants en dépendance du CIUSSS MCQ peuvent être faits dans les centres d’amitié autochtones.

«On voulait offrir des services qui étaient plus sécurisants culturellement. [...] Aujourd’hui, on présente ce qu’on veut qui reste de ce projet», a souligné Amélie Brousseau, chef de services externes en dépendance du CIUSSS MCQ.

«Ce programme permet de changer la façon de donner les services aux autochtones en milieu urbain. Ça fait partie de nos priorités. C’est une de nos missions», a indiqué quant à elle Laurianne Petiquay, directrice du Centre d’amitié autochtone de La Tuque.

La présentation du programme s’est déroulée, en soirée mardi, au centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières. Une vidéo de sensibilisation réalisée avec Marcel Petiquay, un membre de la communauté Atikamekw confiant son histoire et son parcours de toxicomanie, a été présentée en marge de la présentation, à laquelle ont assisté quelques dizaines de personnes.

Cette vidéo est d’ailleurs utilisée par les intervenants comme outil de sensibilisation et de formation en sécurisation culturelle. M. Petiquay a profité de l’occasion pour livrer un vibrant témoignage qui a semblé toucher plusieurs personnes qui étaient présentes pour l’occasion.

Le vernissage de sept toiles de l’artiste Jacques Newashish, qui seront exposées dans les centres de service en dépendance de la région, a également eu lieu lors de ce rassemblement.