À la Commission scolaire de l’Énergie, la rentrée se faisait mercredi. On aperçoit ici Florence Trudel et Justin Goulet, des élèves de l’école primaire Saint-Joseph de Shawinigan.

Une année de projets et de nouveautés

TROIS-RIVIÈRES — On peut dire que les mots «nouveau», «construction» et «projets» font partie du vocabulaire de la rentrée scolaire 2018 qui s’est amorcée graduellement, au cours des derniers jours, pour quelque 35 860 élèves de la région.

«Nouveau» parce qu’on a un nouveau directeur général à la tête de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy en la personne de Luc Galvani avec des ambitions et des idées nouvelles, de même qu’un nouveau directeur au Séminaire Sainte-Marie, Jean-Sébastien Roy et une nouvelle directrice au Collège Marie-de-l’Incarnation, Élisabeth Jourdain. «Construction» parce qu’on a aussi des projets d’agrandissements ou de constructions nouvelles, dans les trois commissions scolaires, qui sont à venir ou sur le point d’être inaugurés. «Projets» parce qu’on amorce un tout nouveau Plan d’engagement vers la réussite jusqu’en 2022.

Luc Galvani amorce son mandat avec un désir très prononcé «d’implanter une culture de collaboration», tant au sein de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy qu’avec les intervenants de la région qui peuvent avoir un effet, de près ou de loin, sur la réussite scolaire. L’enjeu est de taille puisque les commissions scolaires doivent atteindre un taux de diplomation de 90 % d’ici 2030, rappelle-t-il. «On est à 78 %», indique le nouveau directeur qui entend aussi susciter le partage des bonnes pratiques entre les établissements.

La collaboration entre la Commission scolaire et le milieu est d’autant plus importante, dit-il, que la Commission scolaire vit, comme la grande majorité des employeurs de la région, une pénurie de main-d’œuvre dans diverses professions comme la psychologie, la psychoéducation, la technique d’organisation scolaire, technique d’éducation spécialisée et même au niveau des enseignants. Luc Galvani, qui a longtemps œuvré dans le milieu éducatif à Montréal et à Québec, estime qu’il faut donc que collectivement, la région vante ses nombreux mérites pour attirer les employés dont elle a besoin.

Au niveau de la stricte gestion des actifs, Chemin-du-Roy inaugurera le nouvel agrandissement de l’école Marie-Leneuf tard cet automne. Cet agrandissement aura deux fois la superficie de l’édifice original. La Commission scolaire réclame toujours l’agrandissement de l’école primaire La Source, à Saint-Maurice. Quant à Maskinongé, les élèves passeront une année de plus au centre communautaire puisque la nouvelle école n’ouvrira ses portes qu’en 2020. Il s’agira du seul Lab-école de la Mauricie et un comité est en train de se mettre en place pour en développer les détails, indique M. Galvani.

Côté bâtiments, l’année pourrait être très occupée du côté de la Commission scolaire de la Riveraine. Rappelons que l’an dernier, l’école Le Rucher de Saint-Sylvère, qui accueillait des enfants ayant des besoins particuliers, avait été rasée par un incendie tandis que l’école Marquis de Saint-Célestin avait été fermée pour des problèmes importants de structure. La Commission scolaire vient tout juste de recevoir l’autorisation de démolir cette école. On ignore encore, pour l’instant, quand l’autorisation sera donnée pour la reconstruire, indique la présidente, Marjolaine Arsenault.

Il est toutefois décidé que la reconstruction sera faite à Saint-Célestin et devrait regrouper les élèves des deux écoles. La Commission scolaire étudie toujours, néanmoins, la possibilité de construire quand même une petite école à Saint-Sylvère pour les élèves réguliers, comme le souhaite le conseil municipal.

Notons que la piscine de l’école secondaire Les Seigneuries de Saint-Pierre-les-Becquets est en pleine restauration à la suite d’investissements de 2,5 millions $ annoncés par le gouvernement il y a quelques mois. La date de réouverture n’est pas encore connue, indique Mme Arsenault.

Du côté de la Commission scolaire de l’Énergie, le mot «construction» est aussi à l’honneur depuis cet été. Les travaux d’agrandissement de l’école Sainte-Marie de Saint-Boniface se poursuivent même si on a découvert, cet été, que les sols étaient contaminés. La construction de gymnases dans les écoles Laflèche de Shawinigan et Villa-de-la-Jeunesse, à Saint-Élie-de-Caxton, vont également bon train. Un des projets les plus attendus, c’est-à-dire l’agrandissement de l’école Notre-Dame-du-Mont-Carmel, franchira une nouvelle étape en septembre puisque les firmes d’architectes et d’ingénieurs amorceront sous peu le processus de conception. Les élèves y seront accueillis à la rentrée scolaire 2020, rappelle le président de la Commission scolaire de l’Énergie, Jean-Yves Laforest.

La Commission scolaire bonifiera son budget en matière de technologies de l’information. Un budget annuel de 630 000 $ sera injecté pour l’achat de robots, tablettes, portables infonuagiques, miniportables et autres.

Le service d’ergothérapie prendra de l’ampleur. Mis en place dans certaines écoles, l’an dernier, il sera désormais offert à plein temps au préscolaire 5 ans et au 1er cycle du primaire sur tout le territoire.