De gauche à droite, Gilles Linteau, lieutenant-colonel à la retraite, Yvon Deshaies, maire de Louiseville, Mario Fortin, adjudant à la retraite, Pierre Dugal, vétéran de l’armée canadienne et membre du comité pour la plaque des vétérans, et Gaston Vadnais, capitaine à la retraite.

Une alliance à vie entre Louiseville et les vétérans de l'armée canadienne

LOUISEVILLE — «Pour le devoir de mémoire, notre ville hôtesse associée à notre dossier de promotion de la plaque des vétérans, c’est Louiseville.»

Étant une des premières villes canadiennes à permettre le stationnement gratuit dans ses espaces munis d’un horodateur à tout vétéran de l’armée canadienne, peu importe sa province de résidence, Louiseville a su attirer l’attention de Pierre Dugal. Ce vétéran de l’armée canadienne a été un des instigateurs de l’établissement d’une nouvelle plaque d’immatriculation québécoise soulignant l’apport des vétérans. Il était à Louiseville lundi, en compagnie de trois collègues, pour remettre au maire Yvon Deshaies une plaque symbolique des vétérans de l’armée.

Louiseville a établi ce règlement il y a deux ans. De nombreuses villes québécoises permettent le stationnement gratuit aux vétérans qui habitent le Québec, mais Louiseville élargit cette délicatesse à l’ensemble des vétérans canadiens dont le véhicule est muni d’une plaque arborant un coquelicot, peu importe qu’ils proviennent du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario ou de la Colombie-Britannique.

«Le contact avec Louiseville, c’est une alliance à vie. Je suis impressionné par le devoir de mémoire. Le maire est un vétéran de l’armée. Je n’en reviens pas de la détermination qu’il a. Je suis sous le choc de voir la sincérité. C’est une petite ville qui a le coeur d’une métropole», raconte M. Dugal.

Gaston Vadnais, un vétéran de l’armée canadienne qui habite Louiseville, rappelle avec fierté que sa ville est au nombre des 10 premières à avoir autorisé le stationnement gratuit.

«Le but officiel de notre démarche est de demander à la Ville de Louiseville son appui pour mentionner le nom de la ville comme étant une ville hôtesse par excellence au Canada et ce sera mentionné quand M. Dugal fera d’autres représentations pour la promotion de la plaque des vétérans. C’est un honneur pour Louiseville.»

Pierre Dugal participe au dossier de création d’une nouvelle plaque d’immatriculation des vétérans depuis plusieurs années. Maintenant que le Québec a une nouvelle plaque d’immatriculation depuis avril, il s’affaire à en faire la promotion auprès des militaires. M. Dugal confirme que Louiseville sera identifiée comme étant une ville amie des militaires.

«Je vais parler de Louiseville dans mes conférences. Je l’ai déjà fait. Il y a un mois, j’étais l’invité pour une conférence sur la plaque d’immatriculation à la base militaire de Valcartier. Quand on a parlé de Louiseville, les militaires ont applaudi!»

M. Dugal affirme avoir été particulièrement touché de voir différents artéfacts de la vie militaire exposés à l’hôtel de ville de Louiseville. Il a aussi été surpris par le texte lu lors du moment de recueillement qui précède les séances du conseil. Ce texte lu par le maire à chaque séance est celui de l’Ô Canada et fait entre autres référence à la liberté et à la protection des droits du peuple canadien.

«Je n’avais jamais entendu parler de ça! Louiseville est la ville phare, ville de respect. À partir d’aujourd’hui, c’est clair que, dans mes conférences, Louiseville sera mise en surbrillance, sans rien enlever aux autres villes», ajoute M. Dugal, heureux de voir que la reconnaissance populaire envers la contribution des vétérans est de plus en plus remarquée.

Ancien militaire, Yvon Deshaies mentionne que la Ville s’est empressée d’accorder son appui à la demande de M. Dugal dans son désir de parler de l’initiative de Louiseville dans ses conférences promotionnelles sur la plaque d’immatriculation des vétérans.

«Si on a notre liberté, c’est grâce à des gens comme vous, des gens qui ont travaillé pour la paix. Quand on a décidé de faire le règlement, c’était pour dire merci. Ce n’est pas grand-chose comme geste. Mais ça compte énormément pour ces gens-là», a déclaré le maire.

Selon Pierre Dugal, quelque 649 000 anciens combattants ont été répertoriés au Canada, dont 120 200 au Québec. L’arrivée de la nouvelle plaque d’immatriculation a eu un effet très positif à propos du nombre de véhicules munis de ladite plaque: depuis avril, le nombre de plaques de vétérans utilisées a grimpé de quelque 9000 à 18 000.

La Ville de Saint-Jérôme permet également le stationnement gratuit aux anciens combattants ayant une plaque «vétéran» émise par une province canadienne.