On voit ici une porte donnant sur l’intérieur d’un arbre vivant. Des sacs de sable avaient été posés devant par les gnomes, le printemps dernier, durant un épisode d’inondations.

Une aide financière pour le parc des gnomes

Bécancour — La Ville de Bécancour a décidé d’appuyer le projet du parc des gnomes, initié en 2016 par l’artisan Michel Marchand, en octroyant à ce dernier une aide financière de 2500 $ qui lui permettra de poursuivre son œuvre. Le montant figure au budget de 2018.

Ce cadranier professionnel a installé jusqu’à présent une douzaine de maisons de gnomes dans le parc écologique Godefroy au plus grand émerveillement des enfants et des jeunes de cœur.

Certaines de ces maisons sont faites à partir de troncs d’arbres morts, d’autres sont intégrées à des arbres vivants et d’autres encore reposent simplement sur des bûches. Les enfants peuvent y déposer, en ouvrant les petites portes, des messages écrits aux gnomes ou venir simplement s’amuser à imaginer la vie de ces êtres magiques dans les bois.

Le créateur du projet a déjà engouffré une petite fortune de sa poche pour entretenir ce petit monde féerique, visiblement très engagé dans sa nouvelle passion. «J’y vais deux à trois fois par jour», dit-il. «Depuis le début, je dois avoir dépensé au moins 1000 $ d’essence.» C’est à part quelques équipements achetés pour sculpter et fabriquer certains types de maisons.

Grâce à cette nouvelle aide financière très appréciée et à l’assentiment de la Ville, une vingtaine d’autres habitations de gnomes seront fabriquées et aménagées par M. Marchand. «Je veux aussi faire des ponts de corde et des passerelles entre les maisons et ajouter des figurines», dit-il.

Son rêve serait d’éclairer le tout, en particulier pour l’hiver alors que le soleil se couche tôt.

Chaque maison de gnome est unique. Sa plus récente création est un moulin à vent, mais il a fabriqué des portes sur mesure qui sont posées sur le tronc de certains arbres qui ont formé des creux en V à leur base.

Dans certains cas, des cheminées sont ajoutées près de la porte.

Des bûches d’arbres morts lui servent de base pour des maisons beaucoup plus élaborées avec des fenêtres et des escaliers. Dans le monde des gnomes, dit-il, tout est croche, les portes, les fenêtres et même les cheminées, ce qui donne une allure singulière et comique à ses créations.