Hugues Carpentier, président du Festival western de Saint-Tite et président d’honneur de l’événement, Chantal St-Arnaud et Louise St-Arnaud, porte-parole et Vanessa Lavoie, présidente du comité organisateur.

Une 15e édition à saveur western

Shawinigan — C’est sous une thématique western et la présidence d’honneur d’Hugues Carpentier, le président du Festival western de Saint-Tite lui-même, que le 15e Relais pour la vie de Shawinigan se déroulera, le 1er juin prochain, au parc de la Rivière-Grand-Mère.

M. Carpentier, qui concède d’emblée n’avoir jamais participé au Relais, désire mettre son énergie à faire profiter cette 15e édition de son association au festival qu’il préside. Il affirme également qu’il réunira une équipe en vue de la marche nocturne du 1er juin. «Quand je décide de m’impliquer, j’y vais à fond», déclare celui qui dit s’être senti interpellé par la cause et qui témoigne avoir vu de nombreux proches devoir composer avec le cancer.

Musique, danse, décors et costumes, pour ceux qui décideront d’emboîter le pas, rappelleront donc l’univers western et viendront souligner les 15 années d’engagement de la communauté shawiniganaise dans cet événement de collecte de fonds et d’hommage à ceux qui luttent ou ont lutté contre la maladie.

Les porte-parole de cette 15e édition, Louise St-Arnaud et sa fille Chantal, ont quant à elles livré un témoignage émotif lors de l’annonce de la programmation de la nuit du 1er juin. Louise, atteinte d’un cancer incurable, explique ainsi qu’il faut beaucoup d’amour de la part des aidants, tandis que c’est de courage dont doivent faire preuve les malades, pour affronter le cancer.

Mme St-Arnaud, qui a d’abord dû faire face à un cancer du sein, relate avoir été confrontée à une réapparition de la maladie, six ans plus tard. «Le cancer est revenu dans les os et dans le foie. C’est une mauvaise nouvelle, parce qu’on sait déjà où on va passer», raconte-t-elle. Émue, sa fille Chantal avoue pour sa part admirer le courage de sa mère qui combat la maladie depuis dix ans.

La présidente du comité organisateur, Vanessa Lavoie, qui s’implique au Relais pour la vie depuis qu’elle a perdu sa mère, il y a 8 ans, explique que l’on espère amasser 105 000 $ à l’occasion de cette édition. On voudrait également arriver à rassembler 20 équipes de marcheurs et vendre 1500 luminaires.

Pour l’organisatrice, la nuit revêt une symbolique particulière pour ceux qui vivent avec le cancer. «La nuit c’est souvent le moment le plus difficile pour les gens qui traversent la maladie ou pour leurs proches. C’est le moment où les pensées se bousculent dans nos têtes. Un moment de questionnements, de doutes, d’inquiétudes et même de douleurs. En participant au Relais pour la vie, les participants et les visiteurs démontrent aux personnes touchées par le cancer qu’elles ne sont pas seules», explique-t-elle.

Depuis 15 ans, c’est plus de 1,6 million $ qui a été amassé à Shawinigan, dans le cadre des Relais pour la vie, souligne Stéphanie Gaudreau, agente de développement à la Société canadienne du cancer (SCC). Elle rappelle qu’en plus de financer la recherche, l’argent recueilli contribue à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie. Plus de 50 points de service de prothèses capillaires au Québec, dont un à Trois-Rivières et un à La Tuque, sont notamment mis à la disposition des victimes du cancer. Mme Gaudreau explique également qu’une partie des sommes amassées est vouée à la prévention.

Les personnes intéressées à participer à l’édition 2019 du Relais pour la vie de Shawinigan peuvent contacter le bureau régional de la SCC au 819-374-6744.

Selon la SCC, ce sont 50 000 Québécois qui recevront cette année un diagnostic de cancer. «L’équivalent de la population de Shawinigan», illustre Stéphanie Gaudreau.