À 100 ans, le vétéran Marcel Girardeau se déplace toujours dans certaines écoles de la région pour transmettre ses souvenirs de la Deuxième Guerre mondiale.

Un vétéran shawiniganais de la Deuxième Guerre mondiale fête ses 100 ans

SHAWINIGAN — La filiale 44 de la Légion royale canadienne fêtait dimanche le centième anniversaire de Marcel Girardeau, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale, à Shawinigan. C’était, pour les vétérans réunis dans le cadre du souper de Noël, une nouvelle occasion de profiter du témoignage de l’un des derniers vétérans de cette guerre à Shawinigan.

M. Girardeau n’est pas avare de paroles et a toujours grand plaisir à partager son expérience, notamment avec les enfants. Malgré son âge, il se déplace encore pour donner des conférences dans des écoles, notamment la Shawinigan High School.

«C’est très plaisant d’aller les visiter et ils sont contents. On est plusieurs à y aller et on fait ça tous les ans. C’est précieux, pour nous, de transmettre cette mémoire aux enfants. Ils veulent savoir ce que c’est que la guerre. Je leur dis que c’est une des choses qu’on ne voudrait pas avoir, mais que malheureusement, ça existe. Il y en a encore aujourd’hui, même si ce n’est pas la même chose (que ce que j’ai vécu), ce ne sont plus des conflits mondiaux», souligne M. Girardeau.

«J’espère que je vais pouvoir continuer à faire ça, parce que c’est précieux pour nous, de transmettre ça aux enfants», ajoute-t-il.

Le vétéran s’est enrôlé dans l’armée canadienne en 1941, à Sherbrooke. Il a suivi son cours d’officier en 1942 et est ensuite devenu instructeur spécialisé en armes légères. Il a été envoyé en Europe en 1943, avec le Régiment de Châteauguay. Au cours de la guerre, il sera officier de liaison.

«Je m’occupais de plusieurs choses parce que j’étais parfaitement bilingue. Ça m’a évité d’aller au front», explique-t-il.

Marcel Girardeau, entouré de sa famille. De gauche à droite: Lise, Gabriel, Claude et Marie Girardeau.

M. Girardeau est revenu au Canada en 1945 et a quitté la force régulière de l’armée pour devenir réserviste, en 1946, au sein du Régiment de Joliette. C’est en 1961 qu’il a rejoint les rangs du 62e Régiment d’artillerie de Shawinigan. Il a pris sa retraite des Forces armées canadiennes en 1966, après avoir atteint le grade de capitaine.

En parallèle de sa carrière militaire, le Shawiniganais d’adoption a travaillé de 1948 à 1983 à la Shawinigan Water & Power, qui sera acquise par Hydro-Québec lorsque l’électricité sera nationalisée dans la province. Il est impliqué au sein de la Légion royale canadienne depuis plus de 70 ans. Il est également membre du Club Rotary et de la Société d’histoire militaire mauricienne. Il est d’ailleurs le doyen de cette dernière.

M. Girardeau a été décoré à plusieurs reprises au cours de sa vie. Il a notamment reçu la Médaille du service volontaire canadien et la Médaille de la guerre, en 1945, ainsi que la Médaille du Jubilé de diamant de la reine Élizabeth II, en 2012. Il a également reçu plusieurs médailles de la Légion royale canadienne.

Un héritage rare

Pour la Légion royale canadienne, filiale 44, la mémoire des vétérans comme Marcel Girardeau est très précieuse. D’autant plus qu’il ne reste que trois Shawiniganais vivants qui ont pris part à la Deuxième Guerre mondiale.

«On est fiers de les avoir. Il y a des filiales au Québec et au Canada qui n’en ont pas, alors on est très chanceux. On n’a pas le choix, on continue à travailler pour que ces gens-là transmettent leurs souvenirs et nous, on les transmet à ceux qui suivront», indique Robert Trépanier, président de la filiale 44.

C’est pour cette raison que son organisation met en place chaque année plusieurs activités auxquelles les vétérans de la région sont conviés, afin qu’ils puissent partager entre eux leur vécu.

«Le jour du Souvenir, c’est sûr que c’est l’activité principale de l’année, pour se souvenir de ceux qui sont tombés et de ceux qui sont encore avec nous autres. À la filiale 44 de Shawinigan, on fait aussi six ou sept assemblées par année, où on rassemble ces gens-là, qui viennent conter leurs histoires, partager ce qu’ils ont vécu. On fait aussi le souper des vétérans, chaque année en avril. On met en relief les gens qui ont servi, qui sont allés en mission», mentionne M. Trépanier.

Quant au souper de Noël lors duquel M. Girardeau a été honoré, il s’agit d’une première pour la filiale. Au cours de l’événement, le vétéran s’est fait remettre par le maire de Shawinigan, Michel Angers, un cadre offert par la Ville de Shawinigan. La députée de Laviolette-Saint-Maurice à l’Assemblée nationale, Marie-Louise Tardif était également présente. Le député de Saint-Maurice-Champlain et ministre fédéral des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, devait également faire acte de présence au cours de la journée.