Jean-Éric Guindon conserve son titre de champion de la Francophonie à l'émission Questions pour un super champion.

Un Trifluvien remporte Questions pour un super champion

Jean-Éric Guindon conserve son titre de champion de la Francophonie du jeu-questionnaire télévisé français Questions pour un super champion, présenté dimanche soir à TV5. Pour une deuxième année consécutive, l'avocat en droit des affaires de Trois-Rivières qui représentait le Canada a dominé la finale de la compétition.
<p>Jean-Éric Guindon, au centre, sur le plateau du jeux-questionnaire français <em>Questions pour un super champion</em> est entouré des compétiteurs des autres pays ainsi que de l'animateur, Julien Lepers.</p>
<p>Jean-Éric Guindon est pour une deuxième année le champion de la Francophonie de <em>Questions pour un super champion</em>. On le voit sur la photo en tenant «La Vénus» en compagnie de son épouse Diane Gélinas et de sa fille Laura.</p>
Jean-Éric Guindon a à nouveau reçu le trophée du champion «La Vénus» des mains d'Abdou Diouf, le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie. Le titre de champion du spécial langue française est accompagné d'un voyage en France, un autre pour Jean-Éric Guindon qui devient depuis quelques mois un habitué de l'Hexagone et du plateau de Questions pour un super champion.
«Nous sommes ''obligés'' de retourner à Paris ma femme et moi pour savourer le prix», a affirmé à la blague M. Guindon, très heureux de poursuivre sa visite de la France et fier de son deuxième titre.
En 2013, Jean-Éric Guindon avait remporté sans équivoque la grande finale en mettant K.O. 15 à 0 lors de l'ultime face à face le champion de la francophonie de l'année précédente, l'Indien Azad Monany.
Cette année, le Trifluvien a affronté lors de ce face-à-face Karole, une artiste mexicaine de 46 ans qui a fait ses études en arts au lycée français dans son pays d'origine et à Paris. Jean-Éric Guindon a même déclaré en onde avant ce duel qu'il avait «peur», tant son adversaire avait bien joué.
«Elle était assez forte la concurrente du Mexique. C'est une dame qui, quand même, a vécu en France très longtemps. J'avais plus peur», a souligné le double champion du spécial langue française qui n'est entré en scène que lors de ce duel final.
Jean-Éric Guindon n'a pas pris de temps à s'inscrire au pointage. «J'ai réussi à faire cinq points rapidement avant que je manque une question sur le tennis», a ajouté M. Guindon en avouant que le sport est son point faible. «La partie s'est très bien déroulée.»
Lors de son voyage en France en septembre dernier, celui qu'il a gagné à l'occasion de la première conquête du titre, Jean-Éric Guindon a visité avec son épouse le château Vaux-le-Vicomte. Et cette visite, qui n'était pas prévue à l'origine, lui a ironiquement permis de remporter un deuxième titre consécutif. L'écureuil représenté au centre des armoiries de Nicolas Fouquet, le premier propriétaire du château et surintendant des finances de Louis XIV, avait marqué M. Guindon qui a aussitôt su répondre lorsque cette question a été posée.
«J'ai pu répondre l'écureuil seulement parce que j'étais allé à Paris en remportant le jeu l'année dernière», se réjouit M. Guindon. Cette réponse a littéralement épaté le public présent à l'enregistrement ainsi que la concurrente mexicaine.
Le double champion de la Francophonie a regardé dimanche son deuxième triomphe de la finale en compagnie de proches, réunis chez lui pour l'occasion. Le Trifluvien a remporté l'ultime duel par la marque de 15-3.
Le 22e spécial langue française de Questions pour un super champion réunissait en plus du Canada des compétiteurs de la Sierra Leone, du Japon, de la Russie, du Maroc et du Mexique.
Jean-Éric Guindon apprécie de plus en plus le plateau de Questions pour un super champion. En plus de ses deux participations aux spéciaux langue française, le Trifluvien était un des huit champions emblématiques du jeu-questionnaire lors du spécial 25e anniversaire.
«Je deviens habitué d'être sur le plateau. Je ne suis plus un inconnu. C'est assez amusant», a-t-il précisé.
Le champion de la Francophonie a une fois de plus grandement apprécié l'animation de Julien Lepers. «Il était particulièrement en forme pour cette émission.»
Trois-Rivières a été abondamment évoqué dimanche lors de l'émission Questions pour un super champion, spécial langue française. À de nombreuses reprises, l'animateur de l'émission connu partout en France et en Francophonie Julien Lepers a nommé le Québec, mais aussi Trois-Rivières, une grande fierté pour M. Guindon.
Depuis 22 ans, le spécial langue française de Questions pour un super champion est diffusé pour souligner la Journée internationale de la Francophonie (20 mars) et de la semaine de la Langue française (15 au 23 mars). S'il est invité à défendre une deuxième fois son titre, Jean-Éric Guindon compte bien retourner sur le plateau de Questions pour un super champion.