La situation semble maîtrisée dans les urgences de la région.
La situation semble maîtrisée dans les urgences de la région.

Un temps des Fêtes sans problème aux urgences

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La situation dans les différentes urgences de la région va bien durant l’actuelle période des Fêtes, si bien que les temps d’attente pour voir un médecin sont raisonnables et que des civières sont régulièrement libres.

La pluie verglaçante de vendredi ne semble pas avoir entraîné un flux de consultations pour des fractures de tout genre. Depuis le début des Fêtes, le constat est le même pour les cas de grippe ou de pneumonie. La région semble échapper à des vagues de maladies souvent associées à la période annuelle de réjouissances et de toutes les réunions familiales qui la caractérisent.

«Le temps des Fêtes va bien, explique Guillaume Cliche, porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Nous n’avons aucune situation problématique. On se croise les doigts pour que ça continue et que les gens appliquent bien les règles préventives si on a des virus. On peut reporter nos visites pour éviter la propagation, on se lave les mains, on tousse dans le coude et on consulte au bon endroit.»

Vendredi après-midi, le taux d’occupation des civières à l’urgence du Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières (CHAUR) était de 87 %. L’hôpital du Centre-de-la-Mauricie avait un taux d’occupation de 111 % (deux civières avaient été ajoutées aux 19 octroyées par le permis d’exploitation). De Fortierville à Nicolet, en passant par La Tuque et Louiseville, le taux d’occupation des civières variait de 17 % à 75 %.

Le temps moyen d’attente pour rencontrer un médecin dans certaines urgences était plutôt raisonnable pour les cas moins urgents. Au CHAUR, ce temps d’attente était d’environ quatre heures, jeudi. Le plus long temps moyen d’attente, soit près de six heures, a été observé au centre de services Avellin-Dalcourt de Louiseville. En revanche, les patients classés non urgents au Centre Fortierville voyaient un médecin en moins de 90 minutes.

M. Cliche croit que la récente campagne de communication visant à orienter les usagers selon leurs problèmes de santé peut avoir une influence sur le niveau d’achalandage aux urgences. Les gens atteints de la grippe, du rhume, d’une gastro-entérite ou d’une otite doivent demander conseil au 811 ou auprès de leur pharmacien ou doivent consulter leur médecin de famille si nécessaire. Si le médecin de famille n’est pas disponible, les gens peuvent se rendre dans d’autres endroits comme la superclinique du boulevard du Carmel située à deux pas de l’hôpital de Trois-Rivières.

«On rappelle que les urgences sont pour les urgences», souligne M. Cliche.

Les réactions allergiques violentes, les difficultés respiratoires et un état d’inconscience à la suite d’une douleur à la poitrine sont des cas d’urgence.

Le site internet du CIUSSS (ciusssmcq.ca) fournit différentes informations sur les maladies courantes en hiver et sur la façon de se soigner à la maison. Le site guide aussi les usagers sur le moment de consulter un médecin ou de se rendre à l’urgence.