Michel Grosleau, maire de Saint-Prosper

Un référendum pour le développement domiciliaire à Saint-Prosper?

Le conseil municipal de Saint-Prosper devra se réunir sous peu afin de décider s'il tiendra ou non un référendum concernant son projet de développement domiciliaire.
C'est que le nombre de signatures nécessaires pour rejeter le règlement d'emprunt de 563 000 $ a été atteint jeudi, lors de la tenue du registre, ce qui ouvre la porte à la tenue d'un référendum si le conseil tient à aller de l'avant avec son projet.
Or le conseil y tient, indique le maire, Michel Grosleau.
«La population est peu nombreuse et le fardeau fiscal devient de plus en plus lourd», fait-il valoir.
La solution consiste à attirer de nouveaux résidents. Selon le maire, il y a d'ailleurs «une demande grandissante de citoyens désirant venir s'installer dans notre municipalité», plaide-t-il.
Le développement résidentiel souhaité de 19 terrains permettrait aussi de contrer l'exode des jeunes.
Le maire Grosleau dit avoir appris qu'une «campagne de peur» contre ce projet s'était déroulée avant la tenue du registre. «Des personnes faisaient de la désinformation et incitaient même les gens à signer le registre», se désole-t-il.
Étant donné le résultat du registre, les élus doivent maintenant songer à tenir un référendum. Malheureusement, cela ajoutera une dépense supplémentaire de 150 000 $ sur les frais déjà encourus pour ce futur développement, déplore le maire.