L'aventurier Frédéric Dion a battu lors du dernier week-end le record du monde de la plus longue distance parcourue en 24 h en cerf-volant à traction.

Un record pour Frédéric Dion

Frédéric Dion vient de battre le record du monde de la plus longue distance parcourue en 24 h en cerf-volant à traction. L'aventurier de la région a franchi 600 km sur la glace du lac Saint-Jean tiré uniquement par la force des vents.
L'opération «Traction» de Frédéric Dion a brisé la marque de 595 km établie en 2010 par Éric McNair-Landry, un guide polaire et ami de Frédéric Dion.
«Je suis vraiment content d'avoir réussi à battre le record. Je me suis vraiment dépassé lors ce de défi», soulignait dimanche le nouveau détenteur du record.
«Mais Éric McNair-Landry m'a déjà dit qu'il allait tenter de battre ma marque si je battais son record», ajoutait l'aventurier.
Frédéric Dion a commencé son défi à 16 h vendredi. Après plusieurs kilomètres et quelques heures sans embûche, les conditions météorologiques se sont drastiquement détériorées.
«Au milieu de la nuit, un blizzard s'est levé. C'était comme si on avait éteint toutes les étoiles», se souvient l'aventurier.
Cette neige a créé plusieurs bosses sur la glace du lac Saint-Jean, rendant le défi de Frédéric Dion pénible. «Les neuf dernières heures ont été très difficiles. Il y avait plusieurs bosses et plaques de glace. J'avais vraiment mal aux chevilles. C'était très souffrant», souligne-t-il en précisant qu'il avait déjà parcouru près de 450 km. «Les trois dernières heures ont été un supplice.»
Digne d'un scénario d'Hollywood, les vents se sont arrêtés à quelques kilomètres seulement du record. «J'avais déjà parcouru 587 km et le vent est tombé.»
Grâce à ses habiletés pour manipuler le cerf-volant, Frédéric Dion a réussi malgré tout à franchir la distance de 600 km en 23 heures et 15 minutes. «Après les 24 heures, je me sentais comme si j'avais 100 ans.»
En mars, Frédéric Dion remet ça. Il fera seul en une journée le tour du réservoir Manicouagan, un périple de 200 km. «Comme je vais devoir avancer contre les vents, la véritable distance sera entre 300 et 400 km.»
L'aventurier affirme que ce prochain défi sera la combinaison des opérations «Traction» et «Ours polaire» (il a survécu quatre jours dans la forêt il y a près d'un mois sans nourriture et sans équipement). «Si je ne peux plus avancer, je vais devoir survivre comme lors de l'opération «Ours polaire»».