Un projet pilote se déploie à La Tuque

LA TUQUE — Un projet pilote, mené par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS), sera implanté au CHSLD du Haut-Saint-Maurice pour une durée d’un an. L’objectif est d’identifier de façon plus précoce les signes et symptômes de la fin de vie afin d’améliorer le soutien offert aux résidents, aux proches et aux familles.

Le CIUSSS MCQ soutient que la conversation sur la fin de vie est difficile pour la plupart des gens. Cependant, elle peut aider les résidents à mieux comprendre leur état de santé et les choix qu’ils doivent faire. Elle peut également permettre aux proches, aux intervenants et aux autres résidents de mieux se préparer à la mort de l’être cher.

Les soins palliatifs précoces sont en fait des soins préventifs, car ils permettent de prévenir les souffrances physiques, psychologiques et spirituelles. Ces soins ne se limitent pas aux derniers jours ni aux dernières semaines de vie. Il s’agit de planifier l’expérience que vivra le résident. Le processus est axé sur les jours à venir du patient et l’amélioration de son confort grâce à un traitement adéquat pour tout symptôme négatif, comme la douleur.

Avec ce projet, l’équipe de soins formée entre autres de médecins, d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires aura une meilleure compréhension des implications émotives de la fin de vie, non seulement pour le résident et sa famille, mais aussi pour les autres résidents et les membres de l’équipe.

«Pour de nombreux résidents, le CHSLD sera leur dernier milieu de vie. Les soins de fin de vie sont désormais un aspect important des soins en CHLSD. La mort nous renvoie tous à notre fragilité humaine, que nous soyons soignants, proches, bénévoles ou résidents. Devant ce constat, il apparaît essentiel de prévoir une offre de services adaptée dès que se dessine le passage vers la fin de vie», partage Josée Martel, adjointe à la direction SAPA.

«Nous sommes très avancés dans l’amélioration des soins palliatifs et de fin de vie. Ce projet nous permettra d’être encore meilleurs en s’inspirant des meilleures pratiques et en bénéficiant d’une communauté de pratiques élargie», a-t-elle ajouté.

La FCASS a également retenu d’autres milieux de vie dans différentes provinces pour expérimenter leur approche.