Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les immeubles de huit logements sont conçus avec des entrées séparées de façon à éviter les aires communes.
Les immeubles de huit logements sont conçus avec des entrées séparées de façon à éviter les aires communes.

Un projet de logements abordables pour handicapés appelé à se déployer dans la région

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — La Mauricie et le Centre-du-Québec font partie des cinq régions visées par un projet de construction de 400 nouveaux logements abordables pour des personnes à mobilité réduite qui seront réalisés d’ici 5 ans grâce à des investissements de 80 millions $.

Les discussions seraient d’ailleurs assez avancées du côté de Trois-Rivières pour accueillir l’un des 50 immeubles de huit logements à prix abordables et adaptés aux besoins des personnes vivant avec un handicap physique ou intellectuel ou un trouble de spectre de l’autisme.

C’est ce qu’a confirmé au Nouvelliste, Paul Champagne, le directeur général de l’organisme Han-Logement qui a annoncé ce projet grâce à la participation du Fonds immobilier de solidarité FTQ et d’autres partenaires, dont Desjardins.

D’ici mars prochain, Han-Logement espère être en mesure d’annoncer la construction d’un ou deux immeubles à Trois-Rivières et amorcer la construction au mois de septembre 2021. «C’est notre objectif», a-t-il spécifié.

L’organisme à but non lucratif avait amorcé des discussions avec des organismes de la région de Trois-Rivières l’année dernière et il y avait beaucoup d’intérêt, a confirmé Paul Champagne. Un aspect important pour la réalisation du projet puisqu’il s’agit d’une clientèle qu’il faudra encadrer avec l’aide des ressources du milieu.

«Les personnes handicapées, ce sont souvent des clientèles qui sont laissées pour compte. Dans certaines villes très prospères, c’est souvent le dernier de leur souci. Tandis qu’à Trois-Rivières, il y a l’air d’avoir une sensibilité plus importante. C’est ce sur quoi nous voudrions tabler», continue Paul Champagne.

Han-Logement souhaite répartir ses immeubles sur le territoire pour éviter des créer des ghettos.

Des discussions ont aussi été entamées avec l’administration municipale. Puisque Han-Logement demande aux municipalités participantes de faire le don d’un terrain qui sera remboursé en taxes foncières sur une période de dix ans.

D’autres municipalités de la région pourraient ensuite bénéficier de la construction d’immeubles à logements abordables pour les personnes handicapées, comme Louiseville et Shawinigan, par exemple. Puisqu’à moyen terme l’organisme souhaite ouvrir un bureau régional en Mauricie pour y déployer une dizaine d’habitations de huit logements du genre.

«On a maintenant 16 immeubles en Estrie, qu’on couvre à partir de Magog. On couvre des municipalités qui sont quand même assez éloignées comme Richmond, Cowansville, etc. C’est un petit peu le même déploiement qu’on va faire en Mauricie, souligne le directeur général de Han-Logement. On va partir de Trois-Rivières et on va aller dans les municipalités environnantes. On a déjà fait l’examen de ces municipalités-là, l’étude de marché est faite et on a rencontré des gens. On a un bout de fait et on a le financement.»

La rive sud ne serait pas en reste. Puisque Han-Logement souhaite également s’implanter au Centre-du-Québec. Des approches ont d’ailleurs déjà été faites du côté de Nicolet et de Bécancour où des discussions préliminaires sont en cours. Les choses pourraient toutefois aller rapidement, a précisé Paul Champagne, tout dépendant de l’implication du milieu.

«On a déjà une carte avec des ronds dessus. Des endroits où des études ont été faites», souligne-t-il. En plus de Trois-Rivières, les autres pôles prioritaires qui sont identifiés par l’organisme sont Saint-Hyacinthe et Granby, ainsi que Drummondville et Victoriaville. Saint-Georges et Thetford Mines en Beauce sont aussi dans les plans.

Le Fonds immobilier de solidarité FTQ s’implique auprès de Han-Logement depuis 2017. Un engagement qui a permis de réaliser quelque 70 unités principalement en Estrie.

«Je suis fier d’avoir incité M. Champagne à poursuivre son modèle dans d’autres régions du Québec où les besoins sont aussi importants et où les services connexes pour ce type de clientèle sont bien établis», souligne Normand Bélanger, le président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ qui porte à 11,7 millions $ les sommes disponibles pour l’expansion de ce modèle d’affaires.