La docteure Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec, Gilles Hudon, président-directeur général adjoint du CIUSSS MCQ et Caroline Marcoux-Huard, médecin-conseil de la Direction de santé publique du CIUSSS MCQ.
La docteure Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec, Gilles Hudon, président-directeur général adjoint du CIUSSS MCQ et Caroline Marcoux-Huard, médecin-conseil de la Direction de santé publique du CIUSSS MCQ.

Un premier décès dans la région

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La COVID-19 a fait une première victime dans la région. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec a confirmé vendredi après-midi le décès d’une personne de plus de 70 ans, une triste annonce qui s’ajoute à un bilan affichant une hausse de 40,8 % des cas de coronavirus dans la région.

Cette personne était traitée au Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières. La direction de la CIUSSS refuse de préciser le lieu de résidence de la victime.

Les données fournies par le CIUSSS pour vendredi font état de 69 cas de coronavirus, soit 20 de plus que la journée précédente. Jeudi, la progression était de 40 % par rapport aux données dévoilées mercredi.

Les autorités de la santé publique avaient annoncé dès jeudi que cette tendance à la hausse allait durer. Les prévisions se sont avérées et devraient se poursuivre, selon la docteure Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique.

«Il faut s’attendre à ce que ça augmente dans les jours à venir. On aura moins de cas importés, les personnes qui reviennent de voyage, et on va observer la tendance qui se dessine vers la transmission locale», déclare la docteure Godi.

La hausse de 40,8 % observée vendredi en Mauricie et au Centre-du-Québec dépasse largement la croissance de 24 % notée à l’échelle québécoise où on observe 2021 cas. Selon la docteure Godi, chaque région affiche des hausses différentes du portrait global québécois et notre région se trouve toujours dans un contexte de retour de voyageurs et de transmission locale. La situation géographique de la région peut aussi être un facteur qui explique ce phénomène.

«Il faut savoir qu’on est entre deux régions avec une forte incidence de cas», explique-t-elle en faisant référence à Montréal et l’Estrie, les deux secteurs du Québec les plus touchés par la COVID-19.

L’élargissement des critères donnant accès aux centres de dépistage a entraîné un accroissement de l’achalandage variant de 10 % à 25 % dans les différentes cliniques. Le CIUSSS a d’autre part annoncé la réouverture des centres de prélèvement à compter du 30 mars. Il faut toutefois prendre rendez-vous en téléphonant au 819 519-3043, du lundi au vendredi, de 8 h à 16 h.

Ce décès enregistré en Mauricie et au Centre-du-Québec fait partie des 10 morts qui se sont ajoutés vendredi. Le Québec compte maintenant 18 décès reliés au coronavirus, un nombre qui a plus que doublé en 24 heures. Le gouvernement pense à fermer Montréal. Le Québec entre dans une «étape plus critique» de la crise du coronavirus, atteste François Legault. Mais tout n’est pas noir, alors qu’un premier groupe de Québécois s’avèrent officiellement guéris.

Un mois après le premier cas déclaré au Québec, deux semaines après que le gouvernement eut déclaré l’état d’urgence sanitaire, trois jours après la fermeture quasi complète de l’économie provinciale. L’annonce de 10 morts de plus, vendredi, a donné une autre claque au moral québécois.

Avec Montréal et l’Estrie comme plus importants foyers de contagion, la Santé publique garde ces régions sous très haute surveillance et ne se ferme aucune porte. Suivre l’ordre d’isolement dans ces «zones chaudes», comme les appelle le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda, s’avère plus crucial que jamais. Et ceux qui n’y sont pas, restez-en loin!

«On n’est pas à l’étape de fermer ces régions-là, mais ne faisons pas exprès pour aller à Montréal ou en Estrie», a insisté le premier ministre Legault, lors de son point de presse quotidien de vendredi, en compagnie du Dr Arruda et de la ministre de la Santé, Danielle McCann.

Des discussions sur les avantages et les inconvénients de confiner certains quartiers ou toute la ville ont lieu entre la Ville de Montréal, la Santé publique et le gouvernement du Québec, confirme M. Legault. Qui prend par ailleurs samedi un premier congé depuis le début de la crise.

Avec 971 des 2021 cas officiels sur son territoire, la métropole est surreprésentée avec près de la moitié des personnes infectées par la COVID-19 pour le quart de la population du Québec. Même chose en Estrie et ses 227 cas, du simple au double pour la proportion population et cas avérés.

Autre stat qui grimpe

«Faut renchausser l’espoir, même s’il nous joue des tours», chante Richard Desjardins.

Les chiffres grimpent à une vitesse folle et font peur. Plus de 25 000 morts dans le monde, plus d’un demi-million de personnes atteintes. Mais aussi plus de 125 000 malades officiellement guéris.

Dont 29 au Québec. Ce n’est pas beaucoup. Mais c’est 27 personnes pleinement rétablies de plus, juste pour la journée de vendredi. Premier véritable contingent significatif. La Santé publique en avait ajouté une jeudi, l’autre datant de la semaine passée.

L’Ontario restait à huit dans la journée de vendredi et la Colombie-Britannique, province touchée plus tôt par le coronavirus, affichait que 186 de ses citoyens s’en sont remis à 100 %.

«Il y en a sûrement beaucoup plus qui sont guéris [au Québec], mais on n’a pas encore reçu la donnée au niveau central. [...] On va probablement avoir, au cours des prochains jours, une augmentation importante [du nombre de personnes guéries]. Je ne pense pas que nos patients sont plus malades qu’ailleurs», a analysé le Dr Arruda.

La règle initiale des deux tests négatifs nécessaires avec un intervalle de 24 heures pour déclarer quelqu’un guéri ne s’applique plus, ajoute-t-il, expliquant une partie de la multiplication de cas guéris à venir.

Les chiffres officiels de guérisons partout dans le monde, tout comme ceux de personnes atteintes, sont en plus sous-estimés pour des raisons de manque de suivi auprès des cas moins sérieux, le virus étant bénin dans 80 % des cas.

Avec Le Soleil

Nombre de cas de coronavirus en Mauricie et au Centre-du-Québec

  • 25 à Trois-Rivières
  • 19 au Centre-de-la-Mauricie
  • 12 dans la MRC de Drummond
  • 5 dans la Vallée de la Batiscan
  • 5 dans la MRC d’Arthabaska
  • 3 dans Bécancour-Nicolet-Yamaska