Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord.

Un plan de transition écologique, propose Lord

TROIS-RIVIÈRES — La piètre qualité de l’air à Trois-Rivières, quelques fois soulignée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), incite le candidat à la mairie Éric Lord à s’engager dans un plan de transition écologique. Dans le cadre de sa campagne électorale à la mairie de Trois-Rivières, M. Lord n’a d’ailleurs pas caché qu’il s’agissait probablement de l’engagement le plus important à ses yeux.

Flanqué de plusieurs jeunes supporters, M. Lord a rappelé en point de presse lundi que l’OMS classait Trois-Rivières comme étant la ville la plus polluée au Québec pour sa qualité de l’air, et la quatrième plus polluée au Canada. «C’est une situation extrêmement choquante, et l’une de mes sources de motivation pour m’engager dans la vie publique», souligne celui qui rappelle que l’ancienne administration a même tenté de nier le problème en disant que la sonde utilisée par l’OMS pour faire ces calculs avait été «mal placée».

«On a un problème et c’est le temps d’y faire face», martèle-t-il.

Ainsi, à travers trois engagements précis, M. Lord propose un plan de transition énergétique pour améliorer la qualité de l’air et lutter contre la pollution. Des mesures pour lesquelles il s’engage déjà à la hauteur d’investissements qui totalisent un million de dollars.

S’il accède à la mairie, il mettra en place un projet visant à remplacer les systèmes de chauffage au mazout pour les propriétaires qui souhaitent s’engager dans cette voie, de même qu’un programme de remplacement des vieux poêles à bois polluants.

Pour ce faire, la Ville viendrait bonifier le programme «Chauffer vert» du gouvernement du Québec, en offrant un incitatif financier équivalent à celui offert par Québec, soit une contribution moyenne de 1000 $ par habitation, un montant qui s’ajouterait à ce que Québec propose. À même le budget de la Ville, M. Lord entend réserver 500 000 $ pour cet engagement, qui viserait la transformation des systèmes de chauffage de 500 résidences sur deux ans.

Sur le même principe, la Ville contribuerait à la hauteur moyenne de 500 $ par habitation pour le remplacement des vieux poêles à bois ou fournaise afin d’acquérir un système certifié EPA pour diminuer les particules fines dans l’air. Un montant de 250 000$ sur deux ans y sera réservé pour toucher 500 résidences.

Éric Lord prend aussi l’engagement de verdir Trois-Rivières, notamment par une contribution de 50 $ par arbre qui sera planté par des propriétaires sur leur terrain, jusqu’à concurrence de 10 arbres. Il veut aussi adopter une réglementation pour maximiser la préservation des arbres déjà en place, planter des arbres sur les terrains municipaux, faire la lutte aux îlots de chaleur en augmentant le couvert végétal des stationnements et favoriser les initiatives de ruelles vertes et de toits verts. Il estime cette mesure à un budget global de 250 000$.

Transport en commun

Comme troisième mesure, Éric Lord souhaite diminuer les impacts du transport sur la qualité de l’air. Un engagement qui passera assurément par la bonification des services de transport en commun, plaide-t-il. Le candidat attendra cet été pour laisser la STTR faire la mise en place de ses nouveaux circuits, et étudiera par la suite de quelle façon la Ville peut accompagner la société de transport pour améliorer la performance, l’efficience et l’accessibilité.

«Un trajet à travers les rues de Trois-Rivières ne devrait pas prendre 1 h 30, sinon c’est inefficace», indique M. Lord, estimant que le trajet en transport en commun devrait se calculer à moins de trente minutes de plus qu’un trajet en voiture.

Le candidat entend aussi remplacer graduellement la flotte de véhicules de la Ville de Trois-Rivières pour des véhicules électriques, de même que l’amélioration du réseau favorisant le transport actif.