Le nouveau parc à neige, une pente enneigée d’une cinquantaine de mètres, jonchée d’obstacles, est dédié à la concentration Trampoline et sports d’hiver qu’offre l’école secondaire des Chutes aux élèves de 1re, 2e et 3e secondaire.

Un parc à neige qui fait des heureux

Trois-Rivières — Les -30 degrés que l’on ressentait jeudi après-midi n’ont pas suffi à tempérer les ardeurs des élèves de l’école secondaire les Chutes de Shawinigan. Le climat était festif et chaleureux tandis que l’on inaugurait le nouveau parc à neige, à l’occasion d’une compétition amicale de descente sur le parcours d’obstacles.

Le parc en question, une pente enneigée d’une cinquantaine de mètres, jonchée d’obstacles, est dédié à la concentration Trampoline et sports d’hiver qu’offre l’école aux élèves de 1re, 2e et 3e secondaire. Les différents modules du parc et l’aménagement de la piste ont été réalisés par des élèves des départements de Mécanique industrielle de construction et d’entretien et de Mécanique d’engins de chantier de l’établissement voisin, le Carrefour formation Mauricie (CFM).

Les jeunes, chaussés de skis ou de planche à neige, se sont donc lancés sur le parcours le temps de la pause du midi. On apprivoisait les dirt jumps, les down rails, le flat rail et le flat box et autres sauts. «Ça permet aussi d’apprendre l’anglais», souligne Francis-Olivier Jutras, entraîneur de la concentration Trampoline et sports d’hiver et propriétaire d’Adrénaline urbaine, partenaire du nouveau parc.

Pour Antoine Dubuc, adepte de planche à neige, les raisons de se réjouir étaient d’autant plus importantes qu’il complète actuellement une formation en mécanique industrielle au CFM et qu’il a activement participé à la fabrication des différents modules dans le cadre de ses cours. «C’est spécial de voir ça dans une cour d’école et le programme est assez tripant», dit-il à propos de l’occasion qu’ont les élèves de s’initier à la discipline qu’il affectionne.

Il faut savoir que le nouveau parc est conçu pour que les adeptes de tous niveaux puissent y trouver leur compte. Des mini-rails sont ainsi aménagés en bordure de la piste pour ceux qui débutent. Francis-Olivier Jutras y voit une occasion de développer la confiance, la persévérance et l’autonomie. Le jeune entrepreneur, qui en est à une deuxième année d’association avec l’école des Chutes, aimerait éventuellement développer des initiatives semblables dans d’autres écoles de la région.

La concentration Trampoline et sports d’hiver, qui compte quatre groupes d’une trentaine d’élèves chacun, conclura sa saison par quatre journées au centre de glisse de Vallée du parc. Quant au nouveau parc, il sera accessible à l’ensemble des élèves de l’école dans le cadre d’activités parascolaires. De l’éclairage a été prévu en conséquence. À la direction, on se félicite de l’aboutissement du projet qui était dans les cartons depuis l’ouverture de la concentration, il y a deux ans.

En tout, ce sont huit programmes parmi lesquels les élèves peuvent choisir et auxquels ils se consacrent à raison de quatre périodes par cycle de dix jours. Mises sur pied il y a huit ans, les concentrations avaient notamment pour but de contrer le décrochage scolaire. Nathalie Fournier, directrice adjointe par intérim, fait valoir que l’impact sur la motivation en classe est significatif. «On entend souvent les élèves dire “je ne peux pas manquer ma journée aujourd’hui, j’ai une période d’option”», relate-t-elle.

Pendant ce temps, sur la piste, c’est Alex Lemarier, élève de 5e secondaire, qui sortait victorieux de la compétition amicale. Le skieur a négocié la série de sauts en concluant par un back flip, une figure aérienne qui lui a valu une ovation de ses camarades. Il a ainsi remporté une des deux planches à neige qui étaient en jeu.

M. Jutras, qui a joué les animateurs de foule tout au long de l’événement, a finalement dû faire preuve d’un minimum d’autorité à l’approche de 13 h. Il fallait bien que tout ce beau monde s’arrache de la piste et retourne en classe.