L’orignal a été vu déambulant près du Renaud-Bray sur le boulevard des Récollets.
L’orignal a été vu déambulant près du Renaud-Bray sur le boulevard des Récollets.

Un orignal en cavale dans les rues de Trois-Rivières [VIDÉO]

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La présence d’un orignal en milieu urbain a fait réagir, mardi et mercredi, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Les policiers ont été dépêchés à trois reprises pour tenter de localiser l’animal, sans succès, avant de le retrouver couché peinard dans un champ, mercredi, en après-midi. 

L’animal a d’abord été vu vers 22 h 30 dans le stationnement du Walmart du Carrefour Trois-Rivières-Ouest. Il a ensuite traversé le boulevard des Récollets pour se promener devant les différents magasins de grande surface tels que Winners, RONA, L’Équipeur, SAQ Dépôt et Renaud-Bray. À l’arrivée des policiers, il s’était toutefois enfui dans un boisé qui mène vers l’autoroute, à l’arrière.

Un autre signalement a été effectué aux policiers, vers 23 h 20 en face du poste de garde de l’usine Kruger. Un ratissage a été effectué, mais les policiers n’ont pas été en mesure de localiser l’orignal.

L’animal a été retrouvé couché peinard dans un champ, mercredi après-midi.

Puis, mercredi matin, vers 5 h 30, il a été aperçu dans le secteur de la rue Notre-Dame entre l’autoroute et la rue Marion, près du pont Laviolette. Il est passé ensuite près de l’ancien Sieur de Laviolette, qui abrite maintenant la clinique de cardiologie. Encore une fois, au moment où les policiers sont arrivés, il n’était plus là.

L’orignal a poursuivi sa cavale un peu plus à l’ouest, quittant finalement le milieu urbain. Si bien qu’en début d’après-midi, il a été localisé dans un champ en face d’une bétonnière de Bellemare sur le chemin Sainte-Marguerite. 

Pour s’assurer que l’animal ne présente pas d’enjeu de sécurité pour les automobilistes et les quelques résidents à proximité, les policiers sont restés sur place pour faire le guet pendant quelques heures jusqu’à l’arrivée des agents de la faune.

Une opération était en cours en fin de journée pour tenter de le confiner et de l’endormir avec des flèches tranquillisantes pour ensuite le déplacer dans le bois afin qu’il retrouve son habitat naturel. Il était également possible qu’il soit simplement repoussé dans le bois.