Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord.

Un ombudsman pour Trois-Rivières, propose Lord

TROIS-RIVIÈRES — Afin d’offrir un meilleur service aux citoyens de Trois-Rivières et assurer une transparence supplémentaire dans l’appareil municipal, le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord, a proposé vendredi la création d’un service de protecteur du citoyen. Cet ombudsman, une ressource qui serait rendue disponible à l’interne, permettrait d’offrir de l’accompagnement aux citoyens qui se sentent lésés dans leurs droits en lien avec des actions prises par la Ville de Trois-Rivières.

«Il arrive parfois que des citoyens qui entrent en interaction avec la Ville puissent être insatisfaits des réponses obtenues ou des actions posées. Le milieu municipal est un milieu parfois difficile à comprendre, avec de nombreuses règles de fonctionnement. Mais je considère que les citoyens qui se sentent lésés doivent pouvoir être référés à une personne qui va amener une expertise indépendante», mentionne Éric Lord, qui dit s’être notamment inspiré du modèle déjà en place à la Ville de Laval.

D’ailleurs, en étudiant les statistiques de cette ville, le candidat a pu constater que la moitié des dossiers soumis à l’ombudsman se règlent par des orientations ou de l’information transmise aux citoyens, que dans 25 % des cas, il y a eu intervention auprès de la Ville, et que le quart des dossiers soumis ont mené à une enquête ou des recommandations soumises au conseil municipal.

«C’est un système indépendant qui fonctionne et qui devient un nouvel outil pour mieux écouter et outiller les citoyens», constate-t-il.

À titre d’exemple, M. Lord se réfère au dossier controversé du développement domiciliaire prévu sur le terrain de golf des Vieilles-Forges, où plusieurs citoyens ont fait part de leur mécontentement à la Ville de l’orientation prise et des autorisations données au promoteur. «Je ne me positionne pas pour ou contre leurs revendications, mais je constate que dans ce dossier, un protecteur du citoyen aurait très bien pu intervenir. Ça enlève du même coup de la pression sur les employés municipaux et les élus, parce qu’il revient à l’ombudsman de trancher des questions délicates», mentionne-t-il.

Éric Lord assure que, s’il accède à la mairie le 5 mai prochain, ce service sera créé à l’interne à la Ville, qu’on n’ira pas en sous-traitance avec un cabinet d’avocats par exemple. «On parle vraiment d’une ressource dédiée uniquement à cette tâche à temps plein», précise-t-il.

«Pour moi, il est fondamental d’écouter et de bien comprendre les circonstances qui amènent un citoyen à se sentir lésé par une décision municipale. Un service de protecteur du citoyen permettra de guider les personnes, de les orienter en les renseignant sur leurs droits, en les mettant en communication avec l’administration municipale ou l’organisme en cause ou encore en agissant auprès des services en faisant le suivi des requêtes. Dans mon programme, j’ai placé le citoyen au cœur de mes priorités; cette proposition vient cristalliser mon engagement qui est d’agir pour le citoyen», conclut M. Lord.