Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sylvain Carignan, coordonnateur du département de génie électrique du Cégep de Trois-Rivières, dans la nouvelle classe dédiée au programme de Technologie de l’électronique.
Sylvain Carignan, coordonnateur du département de génie électrique du Cégep de Trois-Rivières, dans la nouvelle classe dédiée au programme de Technologie de l’électronique.

Un nouveau programme en Technologies de l’électronique au Cégep de Trois-Rivières

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Le Cégep de Trois-Rivières a dévoilé jeudi après-midi son tout nouveau programme de Technologie de l’électronique, qui se trouvera à remplacer le programme de technologie industrielle déjà en place.

Ce nouveau programme, d’une durée de trois ans, sera articulé sous la forme travail-études afin de permettre aux étudiants de se plonger plus rapidement dans leur futur profession et pour faire en sorte que les employeurs puissent rapidement bénéficier d’une main-d’oeuvre supplémentaire.

«L’objectif, c’est que les étudiants se retrouvent dans leur profession dès la première session. Les sujets chauds du domaine seront attaqués de front dès le départ», explique Sylvain Carignan, coordonnateur du département de génie électrique.

Le programme est bâti pour être en parfaite synergie avec le milieu de l’emploi.

«C’est une formation pratique, vraiment en réponse aux besoins du marché du travail. L’arrivée de ce programme était essentielle», souligne pour sa part Nathalie Cauchon, directrice des études et de la vie étudiante.

«C’est une réponse au développement de l’industrie, à l’aube de l’industrie 4.0 et des usines intelligentes qui ont déjà été mises en place par certaines entreprises», ajoute M. Carignan.

Au total, ce sont plus de 2700 heures de formation qui seront dispensées par cette nouvelle initiative qui misera surtout sur l’automation et le contrôle pour développer ces nouveaux travailleurs.