Mario Lebel est le nouveau président du Festival de chasse du Haut Saint-Maurice.

Un nouveau président pour le Festival de chasse du Haut Saint-Maurice

La 45e édition du Festival de chasse du Haut Saint-Maurice se déroulera du 22 au 28 octobre prochain sous la direction de Mario Lebel, le tout nouveau président. L'évènement 2017 a subi plusieurs changements, mais mise toujours sur ses grands classiques.
Mario Lebel a accepté avec plaisir et fébrilité la présidence du festival. Il fait partie de l'organisation depuis plus de six ans. Il était notamment responsable de la programmation des spectacles. 
«J'aimais être en arrière-scène et ne pas trop paraître. Par contre, les concours de circonstances ont fait que je suis là. J'accepte le défi avec joie et un petit peu de stress», a lancé le nouveau président.
Une des grandes nouveautés de la 45e édition est l'ajout de deux nouvelles catégories au concours de mesurage des panaches. Des prix seront remis aux plus grosses têtes de femelle et aux plus grosses têtes de veau. 
Évidemment, le concours du plus gros panache sera aussi de retour et on n'espère rien de moins que de trouver «le plus gros panache du Québec». Une modification a également été apportée aux conditions de participation des concours. C'est-à-dire que les chasseurs pourront s'inscrire aux concours de mesurage jusqu'au 23 octobre. 
«Pour la 45e édition, nous désirons attirer plus de visiteurs de l'extérieur. À la suite d'une étude, que la firme spécialisée Segma recherche a réalisé l'an dernier, nous avons remarqué que l'activité qui attire le plus de visiteurs, soit 63 % des participations, est le mesurage des panaches. Nous désirons faciliter leur accès au festival par toutes sortes d'actions, afin qu'ils soient davantage à participer», a lancé Mario Lebel.
Pour la première fois de son histoire, les billets du festival seront en vente directement à partir du site Web www.festivaldechasse.ca
Un autre des grands changements est que le comité organisateur a supprimé le premier samedi de l'horaire.  «Les activités du premier samedi ont été reportées à la dernière journée. C'est le spectacle du soir qu'on a enlevé. Dans les dernières années, c'était difficile d'avoir du monde sous la tente le premier samedi. C'est ce qui explique la décision du comité», a noté Mario Lebel.
Les festivités débuteront le dimanche 22 octobre lors de la messe du chasseur. Suivra ensuite la traditionnelle série de déjeuners des placoteux tous les jours de la semaine. 
En soirée, le salon des vins, des bières et des spiritueux est de retour le mardi 24 octobre.
Le salon des chasseurs se déroulera le mercredi. Le jeudi 26 octobre, ce sera le retour du souper steak et de la soirée musicale qui mettra en vedette Monochrone, suivi du groupe Famous qui avait été à l'affiche également l'an dernier.
«Ils viennent en formule suprême cette année. C'est à voir et à entendre, c'est un gros spectacle», a lancé Mario Lebel.
Le vendredi 27 octobre, ce sera la soirée country avec l'école de danse de Suzie Hébert et le spectacle du groupe Coco Country Band. 
La dernière journée d'activités du Festival sera une des plus occupées. Elle sera présentée dans un nouveau site après le déjeuner familial et le spectacle pour enfant. Le mesurage des panaches sera à la Brass'7 du coin. Petits et grands pourront s'amuser dans les jeux de défis qui seront offerts sur place, dont le fameux concours de bûcherons. En soirée, il y aura la remise des prix aux chasseurs et les spectacles de Alain-François et d'Éric Masson.
Le nouveau président pourra compter sur son prédécesseur pour l'aider à relever son nouveau défi. Philippe Sergerie assure qu'il ne sera pas très loin. «J'ai été quatre ans comme président, et 12 dans le comité au total. Évidemment, je pars avec un pincement au coeur. On investit beaucoup de temps là-dedans. Je vais être là pour les épauler à 100%. Je ne serai pas loin», a mentionné l'ancien président.
«La vie m'a amené à faire des choix qui sont parfois déchirants. [...] Ç'a été vraiment une de mes plus belles réalisations, une de mes plus belles expériences à vie», a conclu Philippe Sergerie.