Manon Robinson et Annie Lapointe s’apprêtent à participer à un rallye en Géorgie.

Un nouveau défi pour Annie Lapointe

LA TUQUE — «J’en avais déjà trois de fait, je voulais laisser la place aux plus jeunes.» La mordue de rallye Annie Lapointe pensait avoir mis un terme à sa carrière de compétition, mais non. La Latuquoise d’origine tentera dans quelques jours, avec sa coéquipière Manon Robinson, de remporter les grands honneurs au Rally adventure Georgia.

«Quand tu as la compétition dans le sang, c’est difficile d’arrêter. Je suis la Dominique Michel du rallye», lance-t-elle en riant.

Les deux femmes prendront le départ en véhicule hors route et s’aventureront à travers les plaines, les montagnes et les paysages de la Géorgie pendant 6 jours. Elles parcourront 1800 km et atteindront 3200m d’altitude.

«C’est beaucoup de préparation. Il n’y aura pas de sable, c’est de l’escarpement, des rivières, de la bouette. On va vraiment aller jouer dans la bouette», lance-t-elle.

Ce n’est pas un hasard si Annie Lapointe fait la comparaison avec des terrains où le sable est à l’honneur. La compétitrice dans l’âme a déjà plusieurs rallyes à son actif, dont une victoire à sa deuxième participation au Rallye des Gazelles au Maroc en 2005.

«J’étais arrivée 5e à la Rose des Andes en Argentine en 2014. C’est en raison d’un bris mécanique parce que j’ai mené la course. C’est comme une petite revanche. Je cherche encore à avoir une deuxième victoire», affirme Annie Lapointe.

Pour accéder au podium, il faudra faire relever, entre autres, le défi de la navigation. Le vainqueur devra avoir atteint un maximum de points de contrôle, et ce, en roulant le moins de kilomètres possible.

«J’ai toujours été compétitive. Je commence à avoir une expérience de pilotage hors route assez grande. […] Ma navigatrice est très forte. Le défi, c’est l’analyse de terrain. Ça passe ou ça ne passe pas. Si ça ne passe pas, des fois on décide que ça passe pareil. La navigation c’est un défi, l’endurance aussi et il faut un esprit d’équipe fort».

Cette dernière est même prête à déplacer des roches afin de trouver un raccourci! En plus du décor qui sera différent des autres compétitions, c’est la première fois qu’il y aura des hommes sur la même ligne de départ.

«Ce n’est pas un rallye 100% féminin. Il y a des équipes mixtes. Je vais me frotter à des hommes pour la première fois en tant que pilote. C’est un autre challenge […] On va devoir respecter les mœurs et coutumes du pays aussi. On nous dit de ne pas porter de short et de nous habiller convenablement», souligne-t-elle.

Si les deux femmes ont plusieurs mois pour se préparer habituellement, elles n’auront eu que trois mois cette fois-ci.

«Cet été, il y a eu un post sur Facebook par le Rally Georgia. Ça disait que l’équipe d’un pays qui aura le plus de like d’une photo en action gagnerait leur inscription… Ç’a pris trois minutes ! Je mettais ma photo et je demandais aux gens de mettre des like. On a finalement gagné la participation. C’était reparti pour l’aventure», raconte-t-elle.

Le départ se fera le 13 octobre, déjà Annie Lapointe est en mode visualisation et la fébrilité se fait sentir.

«C’est complètement fou. J’ai des serrements dans le ventre et je suis en mode compétition. Quand on veut gagner, on devient folle», lance-t-elle en riant.

Il sera possible de suivre les deux femmes durant leur aventure sur leur page Facebook «Rally Georgia Équipage 33».

«On va avoir un GPS qui va nous suivre sur notre camion et il sera possible de nous suivre en direct tous les jours», a conclu Annie Lapointe.