Le maire de Grandes-Piles, Daniel Petit, l'artiste Danielle Julien, le grand chef du CNA, Constant Awashish et le lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, sont devant le monument «Partage du territoire» inauguré mardi.

Un monument en hommage aux Atikamekws

«C'est un rapprochement entre les deux communautés, entre les peuples.» Ces mots sont remplis de sens pour le grand chef du Conseil de la nation atikamekw (CNA), Constant Awashish, tout autant que le monument «Partage du territoire» qui a été dévoilé au quai municipal de Grandes-Piles en l'honneur et en hommage aux Atikamekws, mardi.
La Municipalité souhaite que ce monument demeure à jamais, un symbole de partage, d'amitié et de respect entre la nation atikamekw et la communauté de Grandes-Piles.
«Des gestes comme ça brisent l'ignorance et la peur», a lancé Constant Awashish.
«Notre nation est touchée par cet hommage et nous l'acceptons avec honneur et fierté. [...] Voir ce monument, rappelant les exploits et les aspirations des Premières Nations, dans une oeuvre qui s'élève sur le bord de la rivière Saint-Maurice (Tapiskwan sipi) nous réjouit beaucoup. Je félicite l'artiste pour sa sensibilité et sa recherche artistique rigoureuse. Nous sommes fiers et agréablement touchés de constater combien l'oeuvre est éloquente et pleine de symboles», a-t-il ajouté. 
Le tronc d'arbre érigé provient des fonds du lac Brown. Il a été sculpté par l'artiste en arts visuels Danielle Julien. C'était un grand moment d'émotion pour elle également.
«Elle est achevée, mais elle se métamorphose continuellement compte tenu des matériaux, c'est ce qui est intéressant pour une pièce comme celle-là [...] Ça fait plusieurs années que je l'ai faite, qu'elle m'habite, c'est une pièce importante. Ça fait partie de mon processus de création. Il y a tout un développement qui s'est fait. Avec le temps les choses s'enracinent et elle s'est enracinée. Je suis très fière», a commenté Mme Julien.
«Nous, les créateurs, avons un rôle à jouer, soit de dénoncer, provoquer, inspirer ou simplement faire du bien en semant un peu d'amour et d'espoir. La terre en a grandement besoin aujourd'hui», a-t-elle ajouté.
Le grand chef du CNA, Constant Awashish, a également profité de l'occasion pour offrir deux objets hautement symboliques pour sa nation. 
Il a remis un capteur de rêve à la municipalité et une plume d'aigle à Jean Fournier, fils du regretté Yvon Fournier qui a légué son nom à la promenade.
«Nous sommes heureux de compter sur plusieurs attractions et symboles qui enrichissent notre territoire et qui seront, sans aucun doute une invitation aux visiteurs, aux touristes et aux nombreux passants pour mieux connaître notre histoire et notre culture mixte et riche», a souligné le maire de Grandes-Piles, Daniel Petit.
«Une plaque commémorative sera apposée sur le monument dans le cadre d'un aménagement complet du parc du quai municipal et de la promenade Yvon-Fournier qui s'étendra jusqu'à la marina», a-t-il conclu.