Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le monolithe qui se trouvait dans les sentiers du jardin, près du tombeau, a été retiré et remisé dans le garage du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
Le monolithe qui se trouvait dans les sentiers du jardin, près du tombeau, a été retiré et remisé dans le garage du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.

Un monolithe retiré des jardins du Sanctuaire [VIDÉO]

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Un mystérieux monolithe a été placé dans les jardins du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. L’objet avait été laissé près du tombeau, dans le chemin de croix, et a aussitôt été retiré des lieux pour s’assurer de ne pas créer d’attroupements durant le Noël en lumière qui se poursuit ces jours-ci.

«C’est la mode un peu partout dans le monde que des monolithes apparaissent dans des sites en vue. Probablement qu’ils ont appris qu’il y avait l’événement Noël en lumière et qu’ils ont décidé de planter ça là, croit le directeur de la mission du sanctuaire, Martin Yelle. Je pense qu’ils se sont dit que pour que ce soit vu, on va mettre ça à une place où il y a des gens qui passent.»

Celui-ci croit que ce sont simplement des plaisantins qui ont installé le monolithe dans les sentiers durant la nuit, ou au petit matin, avant de déguerpir. «On a de la surveillance de nuit, mais ils ont dû faire ça très rapidement et ç’a dû échapper aux surveillants», estime M. Yelle.

La pièce de métal, qui était composée de trois plaques de tôle soudées ensemble, n’était pas tellement imposante. Elle mesurait près de huit pieds de hauteur et environ 24 pouces de largeur, si bien qu’un employé l’a simplement prise avec un diable de transport pour la remiser dans les garages. «Les responsables du terrain vont voir comment on va en disposer», indique Martin Yelle.

Personne n’avait d’ailleurs revendiqué le geste, mercredi. Rappelons que la semaine dernière, le syndicat de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) avait revendiqué l’apparition d’un monolithe devant l’Assemblée nationale afin de «dénoncer la manière énigmatique» qu’a le gouvernement de diriger les négociations.