Les précipitations se sont faites rares dans la région au cours du dernier mois. Sur la photo: le marcheur François Deshaies.
Les précipitations se sont faites rares dans la région au cours du dernier mois. Sur la photo: le marcheur François Deshaies.

Un mois de juin anormalement sec pour la région

TROIS-RIVIÈRES — Alors que les températures enregistrées dans les trente derniers jours se sont surprenamment collées aux normales de saison, la région n’a reçu que 20 % de la quantité de pluie qui tombe habituellement à ce temps-ci de l’année.

Précisément, le sol mauricien n’a reçu que 21 millimètres de précipitations au cours du mois de juin, tandis que la moyenne établie lors des dernières années se chiffre autour de 107 millimètres.

La Mauricie se démarque nettement du reste de la province sur ce plan. À titre indicatif, le Centre-du-Québec, le Sud de la province ainsi que la Vallée du Saint-Laurent ont vu tomber quelque cinquante millimètres de pluie sur leur territoire dans le dernier mois, ce qui demeure toutefois bien loin de la moyenne saisonnière.

Cette période plus sèche a d’ailleurs frappé plus fortement Trois-Rivières, qui a semblé éviter les nuages gris plus facilement que le reste de la région depuis le 1er juin.

«Les statistiques varient beaucoup d’un endroit à l’autre en raison des cellules orageuses qui ont touché certaines zones du territoire. Toutefois, on voit clairement que le secteur trifluvien a été l’endroit le moins mouillé. Au cours des dix derniers jours, la Haute-Mauricie et le Centre-du-Québec ont reçu beaucoup plus de précipitations», a expliqué le météorologue chez Environnement Canada André Cantin.

Des jours chauds, des nuits fraîches

Par ailleurs, les mercures avaient la bougeotte au cours du dernier mois. Pendant que le jour, la température surpassait souvent la barre des trente degrés Celsius, les nuits se voulaient beaucoup plus fraîches.

«En raison d’un début du mois plus frais et de ces nombreuses variations du mercure, la température moyenne enregistrée dans tout le mois, jour et nuit compris, est de 17,6 degrés Celsius. Cela représente exactement la normale saisonnière des dernières années», a ajouté M. Cantin.

Il n’en demeure pas moins que les citoyens de la région ont pu profiter d’un peu de chaleur dans les dernières semaines. La moyenne des températures journalières, chiffrée à 25,5 degrés, s’est même voulue légèrement supérieure à la norme de ce temps de l’année, qui se situe autour de 23,3.

En fait, plus le mois avançait et plus les mercures étaient hauts. C’est cependant le 20 juin que la température a été la plus chaude, atteignant 34,4 degrés Celsius.

Rappelons que la province est passée à travers une canicule pendant le mois de juin. Il s’agissait de la deuxième période de chaleur extrême vécue par le Québec cette année, la première s’étant abattue sur le territoire à la fin du mois de mai.