Les investissements annoncés par l’Hôtel Oui GO! et IDE Trois-Rivières forcent l’architecte André Carle à déménager ses bureaux.

«Un mal pour un bien»

Trois-Rivières — Le projet d’investissement et de transformation par l’Hôtel Oui GO! et Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières du bâtiment situé à l’angle des rues Notre-Dame et des Forges au centre-ville de Trois-Rivières forcera le déménagement des bureaux de l’architecte André Carle, qui occupait les lieux depuis les 19 dernières années. Toutefois, l’architecte ne s’en formalise pas et considère ce déménagement comme un vent de renouveau pour son entreprise, qui a déjà trouvé chaussure à son pied pour se relocaliser dans les bureaux de l’entreprise Acolyte.

«C’est vraiment un mal pour un bien. Après 19 ans dans ce local, je vais profiter de cette opportunité pour changer d’endroit, tout en demeurant au centre-ville», résume l’architecte. En fait, les clauses du bail et le contrat de vente du bâtiment aux deux nouveaux acquéreurs qui, rappelons-le, utiliseront le bâtiment pour y aménager un agrandissement de l’hôtel ainsi que pour y déménager les bureaux de l’office de tourisme au rez-de-chaussée, ne garantissaient pas aux locataires actuels la poursuite du bail d’entreprise. Une clause qu’André Carle connaissait déjà et de laquelle il ne se formalise pas.

«Tout s’est fait correctement et dans les règles de l’art. On m’a en effet donné un délai serré pour déménager mes locaux, mais une opportunité en or s’est du même coup présentée dans les locaux qui abritent Acolyte, sur la rue des Forges. C’est là que nous allons nous installer et il y a vraiment une belle synergie entre Acolyte et mon entreprise. Les planètes étaient alignées et c’est une solution inespérée qui s’est présentée à moi», constate celui qui déménagera ses activités dans ce nouvel emplacement dès la fin du mois de mars.

L’architecte, qui est en affaires depuis 1991, tenait du même coup à demeurer au centre-ville, un endroit névralgique pour les activités de son domaine, croit-il. «J’ai visité quelques lieux sans vraiment trouver ce que je cherchais. Quand j’ai eu le contact avec Philippe Lampron d’Acolyte, tout a été très linéaire. C’est une belle continuité pour mon entreprise», constate-t-il.

Ayant occupé cette bâtisse historique depuis 19 ans, l’architecte également très intéressé au développement de sa ville, lui qui a été candidat à la mairie en 2009, voit d’un bon œil l’investissement de 2 M$ que l’on s’apprête à y faire. «C’est un bâtiment historique auquel on va redonner ses lettres de noblesse. Je suis aussi content de voir que ce n’est pas un autre restaurant qui ira au rez-de-chaussée, parce qu’il y en a vraiment beaucoup au centre-ville. En déménageant l’office de tourisme à cet endroit, il faudra toutefois faire attention de ne pas concentrer l’attention touristique uniquement sur la rue des Forges et mettre les efforts pour dynamiser aussi les autres rues du centre-ville», est d’avis André Carle.