Un camion muni de gyrophares est stationné sur le coin de la rue pour signifier la présence du lave-auto aux automobilistes. Sur la photo: David Grenier, bénévole, Anthony Dumas, instigateur et Patricia Marchand, préposée aux bénéficiaires du CHSLD Laflèche.
Un camion muni de gyrophares est stationné sur le coin de la rue pour signifier la présence du lave-auto aux automobilistes. Sur la photo: David Grenier, bénévole, Anthony Dumas, instigateur et Patricia Marchand, préposée aux bénéficiaires du CHSLD Laflèche.

Un lave-auto au profit du CHSLD Laflèche

Shawinigan — Une rose a poussé, lundi, au cœur de toutes les difficultés vécues par le CHSLD Laflèche de Shawinigan. Une poignée d’habitants désireux de soutenir l’établissement ont mis sur pied un lave-auto afin de venir en aide au personnel ainsi qu’aux résidents.

Basés au coin de l’avenue Cloutier et de la rue Lambert, ces quelques citoyens ont eu l’idée de prêter main-forte à l’équipe du CHSLD en voyant le dur labeur effectué depuis quelques semaines par leur voisine Patricia Marchand, employée du centre. Pour eux, il s’agit d’une façon de saupoudrer un peu de joie dans cet établissement, mais également de s’occuper pendant le confinement.

«Nous avons commencé par laver uniquement le véhicule de ma voisine qui travaille au CHSLD. Par la suite, mes voisins et moi avons décidé de faire équipe afin d’effectuer cette action bénévole en soutien à l’ensemble du personnel et des résidents. N’ayant rien à faire de nos après-midis, c’est une façon d’aider et de s’occuper simultanément», a mentionné un bénévole du projet, David Grenier.

Selon lui, l’initiative aurait déjà connu son lot de succès auprès des automobilistes, qui sont ravis de s’arrêter pour faire nettoyer leur véhicule. L’argent amassé jusqu’à présent a permis l’achat de cafés et de beignets pour les préposés du CHSLD Laflèche. «Tout le monde était très heureux de cette petite attention», a souligné M. Grenier.

Par ailleurs, les citoyens assurent qu’ils effectuent cette bonne action en respectant les mesures de distanciation sociale mises en place par le gouvernement. Ainsi, ils lavent les véhicules à deux mètres de distances les uns des autres.

Si tout se déroule comme prévu, le lave-auto maison devrait poursuivre ses activités jusqu’à la fin de la semaine au moins. «On ne s’impose aucun objectif. On a amplement de savon et on continue de faire ça pour aider», ajoute David Grenier.