Des autorités ont navigué pendant près d’une heure sur la rivière Saint-Maurice pour retrouver un homme ayant sauté dans la rivière Saint-Maurice.
Des autorités ont navigué pendant près d’une heure sur la rivière Saint-Maurice pour retrouver un homme ayant sauté dans la rivière Saint-Maurice.

Un homme crée une commotion après avoir sauté d’un pont... pour le plaisir [PHOTOS ET VIDÉO]

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Contactées pour une possible tentative de suicide, les urgences ont passé de longues minutes à chercher le corps d’un homme, qui avait finalement sauté dans la rivière Saint-Maurice pour le plaisir avant de repartir, mardi après-midi.

Samuel Carpentier et son compagnon ne s’attendaient visiblement pas à créer un tel branle-bas de combat lorsqu’ils se sont rendus sur le pont de la route 155 reliant les secteurs Grand-Mère et Saint-Georges, à Shawinigan. Amateurs de plongeon de haut vol, ils s’étaient habitués à sauter dans le lac des Piles et s’estimaient prêts à faire face à un nouveau défi, leur offrant une dose supplémentaire d’émotions fortes.

«La hauteur maximale au lac des Piles étant d’environ 60 pieds, nous cherchions quelque chose d’un peu plus périlleux. Comme ce pont se trouve entre 80 et 90 pieds au-dessus de la surface de l’eau, on s’est dit qu’on pourrait aller y chercher une autre sensation d’adrénaline […] On savait que ce n’était pas très légal, donc j’ai sauté et on est partis directement après», a raconté l’homme.

C’est donc après s’être rendu dans la rivière pour y vérifier si la profondeur était adéquate que M. Carpentier s’est dirigé sur le pont et a sauté. Tout s’est déroulé comme prévu et celui-ci a pu rebrousser chemin avec son ami, satisfait que ce qu’il venait de vivre. Seule ombre au tableau, un citoyen a aperçu le saut et a alerté les urgences, croyant qu’il venait d’assister à une tentative de suicide.

C’est aux alentours de 15 h 30 que Samuel Carpentier a sauté du pont.

«Sur la route du retour, nous avons croisé deux véhicules de police qui se dirigeaient sur les lieux. Nous sommes donc retournés également, mais pensant qu’ils y étaient pour nous donner une contravention, nous ne nous sommes pas arrêtés. Ce n’est que plus tard, quand nous sommes repassés, que nous avons constaté l’ampleur de l’opération», a indiqué Samuel Carpentier.

Policiers, pompiers et ambulanciers se sont rendus sur les lieux dans le but de retrouver cet homme qui venait de sauter à l’eau. Des autorités se déplaçaient même en bateau sur la rivière afin de le repérer. Selon le mordu d’émotions fortes, c’est lorsque les urgences étaient sur le point de contacter des plongeurs de Montréal ou Québec qu’il est revenu sur les lieux pour signaler sa présence.

«Les autorités étaient très reconnaissantes que je sois revenu. J’ai pu m’en tirer sans contravention. Ils m’ont expliqué que si j’étais arrivé deux ou trois heures plus tard, des ressources de Montréal ou de Québec auraient été dépêchées, ce qui m’aurait coûté très cher. Selon les dires du policier, j’ai posé le bon geste en signalant ma présence», a-t-il raconté.

De leur côté, les policiers de la Sûreté du Québec assurent qu’ils évalueront la situation selon les lois qui sont établies à cet effet. Un constat d’infraction pourrait être distribué à M. Carpentier au cours des prochains jours.

Revenu sur les lieux pour une deuxième fois, le plongeur s’est immédiatement livré aux policiers afin de faire cesser l’opération.

Chose certaine, le téméraire plongeur et son ami ne retenteront pas de sitôt cette expérience qui, finalement, aura fait plus de vagues que le saut en soi.

«Je ne regrette pas nécessairement d’être allé sauter, mais c’est sûr que je ne ferai plus ça à un endroit public où quelqu’un pourrait nous apercevoir, être pris de peur et appeler les secours. Pour les prochaines fois, nous irons probablement sauter au lac des Piles», a conclu Samuel Carpentier.