Daniel Rioux, coordonnateur au tourisme chez IDÉ Trois-Rivières, la comédienne Christine Beaulieu, ambassadrice de Tourisme Trois-Rivières ainsi que le président d’IDÉ, Yves Lacroix, entourés de nombreux intervenants touristiques trifluviens.

Un été gourmand, festif et culturel

Trois-Rivières — Après avoir connu des records d’achalandage en 2017, la saison touristique estivale s’annonce on ne peut plus prometteuse à Trois-Rivières. Innovation et développement économique (IDÉ) Trois-Rivières a lancé la saison touristique estivale, vendredi, devant pas moins de 60 intervenants touristiques locaux, qui mettront tous la main à la pâte pour tenter de surpasser une nouvelle fois les statistiques et d’attirer encore plus de visiteurs.

Pour développer sa stratégie promotionnelle, IDÉ Trois-Rivières a choisi de miser sur trois volets qui caractérisent la ville: TR-ès gourmand, TR-ès festif et TR-ès culturel. Trois messages qui seront véhiculés au cours des prochaines semaines, tant dans les campagnes promotionnelles des médias traditionnels que sur les médias sociaux ou encore les différents blogues qui alimentent la stratégie de marketing de Tourisme Trois-Rivières. Une campagne publicitaire pour laquelle IDÉ investira 250 000 $

«Selon nous, ce sont les trois raisons majeures qui font que les gens nous visitent à Trois-Rivières année après année», indique d’emblée Daniel Rioux, coordonnateur au tourisme chez IDÉ Trois-Rivières.

De nombreux attraits touristiques ont connu une saison record l’année dernière, dont le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, le Festival DansEncore, le Festival international de la poésie, le Grand Prix de Trois-Rivières et le Musée Pop, a-t-on indiqué lors de la conférence de presse. Une saison qui s’explique de plus en plus par l’attrait de grands noms qui attirent le tourisme de l’extérieur de la région. «On a des locomotives comme le Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre Cogeco qui font nettement une différence, qui attirent beaucoup plus de gens de l’extérieur. Lorsqu’on regarde l’achalandage spécifique de ce spectacle-là l’an dernier, avec Luc Plamondon, 69 % de la clientèle provenait de l’extérieur de la région de la Mauricie. Ils se déplacent ici, et ensuite ils vont dans les musées, dans d’autres endroits. C’est ce qui fait qu’on connaît le succès», résume Daniel Rioux.

Cette année, on note aussi l’arrivée de nouveaux produits d’appel, comme le nouveau cabaret avec Martin Fontaine qui prendra son envol à la fin de l’été, de même que la venue du spectacle Juste une p’tite nuite par le Cirque du Soleil et Notre-Dame-de-Paris à l’Amphithéâtre Cogeco, Bad Religion au Festivoix et les Belles-Soeurs à la salle J.-Antonio-Thompson.

Par ailleurs, le Bureau d’information touristique de la rue Notre-Dame se refait actuellement une beauté et sera prêt, au cours des prochains jours, à accueillir les visiteurs qui s’y présenteront. L’an dernier, on a noté une hausse d’achalandage de 29 %, où environ 30 000 informations ont été données aux visiteurs. Le site web tourismetroisrivieres.com a pour sa part enregistré un million de visites juste l’an dernier.

Ambassadrice
Pour une deuxième année consécutive, la comédienne et Trifluvienne d’origine Christine Beaulieu a accepté de jouer le rôle d’ambassadrice touristique pour Trois-Rivières. La comédienne confie avoir vécu une année exceptionnelle avec sa ville natale et ne pouvait refuser de s’en faire la porte-parole une nouvelle fois.

«En une année, j’ai l’impression d’avoir découvert plein de nouvelles choses mais d’en avoir encore à découvrir. Je pense que la force de Trois-Rivières, ce sont les Trifluviens, les Trifluviennes. L’énergie est bonne, les gens aiment faire la fête. Je suis fière de ça, de représenter la ville parce qu’il se passe toutes sortes de chose enivrantes», résume celle qui constate que ses amis d’enfance et sa génération sont ceux qui, aujourd’hui, animent cette effervescence. «J’ai l’impression d’avoir le bon âge pour être ambassadrice parce que ce sont les gens de ma génération qui sont en train de prendre d’assaut la ville», lance-t-elle.