Les événements estivaux n’auront pas lieu en 2020. Le Grand Prix de Trois-Rivières encaisse le coup, comme tous les autres, et étudie ses options.
Les événements estivaux n’auront pas lieu en 2020. Le Grand Prix de Trois-Rivières encaisse le coup, comme tous les autres, et étudie ses options.

Un été à oublier

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le couperet est officiellement tombé pour la saison estivale des événements. Québec a exigé, vendredi, qu’il n’y ait pas d’événements culturels ou sportifs au Québec d’ici au 31 août 2020. En Mauricie et au Centre-du-Québec, cette nouvelle, bien qu’anticipée par plusieurs, a tout de même eu l’effet d’une bombe dans l’industrie touristique.

On savait déjà pour le Cirque du Soleil, DansEncore et le Festivoix. Maintenant, exit le Grand Prix de Trois-Rivières, la Neuvaine de l’Assomption, l’Expo de Trois-Rivières, le Festival du cochon de Sainte-Perpétue, le Festival de la truite mouchetée de Saint-Alexis-des-Monts, le Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore, Trois-Rivières en blues, le Challenge 255, etc. C’est à un bien drôle d’été que nous conviera le coronavirus finalement...

Pour le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, cette décision de Québec était devenue incontournable, étant donné l’insécurité dans laquelle étaient plongés de nombreux événements. Avec une directive aussi claire désormais, les événements pourront user de la clause de force majeure inscrite aux contrats pour ne pas engager des frais inutilement sans risquer complètement leur survie.

«La demande était venue de plusieurs villes et organisations, dont la Ville de Trois-Rivières, mais aussi nos événements ici. On avait interpellé le ministre Jean Boulet à ce sujet qui a relayé nos demandes à ses collègues, et la réponse n’a pas tardé. C’est évidemment dommage, mais ça me rassure de voir que la communication est présente entre les différents paliers et que le suivi est extrêmement rapide en ce moment», rapporte Jean Lamarche.

Pour Trois-Rivières, ce couperet signifie tout de même une très mauvaise nouvelle, alors que la saison touristique et événementielle estivale est cruciale pour plusieurs commerçants et restaurateurs.

«On va attendre de voir ce que les organisations proposent. Certaines parlent possiblement de report à l’automne. Mais il est clair qu’on va vivre un été comme on n’aura jamais vu. J’ai bon espoir que les gens vont continuer de respecter les consignes gouvernementales, mais aussi qu’on va assister à une forme de tourisme local, un tourisme de l’intérieur, où les gens vont tout simplement apprendre à redécouvrir leur propre région», indique le maire de Trois-Rivières.

Le GP3R reprogrammé les 19-20 septembre?

La décision du gouvernement provincial de demander l’annulation des festivals, ainsi que des événements publics sportifs et culturels prévus sur le territoire québécois pour la période allant jusqu’au 31 août 2020, vendredi après-midi, touche directement le Grand Prix de Trois-Rivières et les Aigles de Trois-Rivières.

Le GP3R devait se tenir du 31 juillet au 2 août puis du 7 au 9 août.  Le directeur général Dominic Fugère a dû convoquer d’urgence son comité exécutif et le conseil d’administration pour explorer différents scénarios qui avaient déjà été préparés en raison de la COVID-19.

Il y a la possibilité, évidemment, de reporter le GP3R à 2021. Une autre option est de reprogrammer l’événement lors du week-end du 19-20 septembre, la seule fenêtre ouverte dans le calendrier de NASCAR Pinty’s, série reine de la programmation trifluvienne.

«Il faut parler à nos partenaires, comme le Collège Laflèche, la Commission scolaire, la Ville de Trois-Rivières, l’Hippodrome. Il faut aussi sonder les séries, de même que les équipes. On a un bon tour d’horizon à faire pour analyser les différents scénarios qui peuvent se réaliser», expliquait Dominic Fugère, qui espère être en mesure de prendre une décision éclairée d’ici quelques jours.  
Aigles

Chez les Aigles, il y aura aussi une rencontre au sommet au cours des prochaines heures. «On avait déjà pensé à quelques alternatives. L’une d’elles était d’appliquer la distanciation sociale de deux mètres chez les spectateurs, ce qui nous permettait d’accueillir 100 personnes sur la terrasse et 1000 dans le stade pour nos matchs. La décision rendue publique ne nous laisse pas cette latitude, j’en ai bien peur», expliquait le directeur général René Martin. «La Ligue Frontier réunissant des équipes du Québec et des États-Unis, on savait déjà que notre situation était fragilisée. On va se réunir avec les propriétaires, puis on sera en mesure de prendre les décisions qui s’imposent», ajoute-t-il.

La neuvaine soulignant l’assomption de la Vierge Marie le 15 août, difficile de reporter cet événement dans le temps, puisqu’il doit s’inscrire au calendrier selon la fête chrétienne. Par contre, pourrait-on voir naître un événement déconstruit et réinventé à l’automne?

Festival de l’Assomption

Au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, on gardait un mince espoir de pouvoir tenir le Festival de l’Assomption, du 7 au 15 août. «Le conseil doit se réunir mardi pour en discuter, mais avec la directive qui vient d’être énoncée, ce ne sera qu’une formalité», admet le responsable des événements, Marc-André Pelletier.

La neuvaine soulignant l’assomption de la Vierge Marie le 15 août, difficile de reporter cet événement dans le temps, puisqu’il doit s’inscrire au calendrier selon la fête chrétienne. Par contre, pourrait-on voir naître un événement déconstruit et réinventé à l’automne? L’idée fait son chemin, admet Marc-André Pelletier.

Le Festival de l’Assomption attire chaque année plus de 45 000 personnes en neuf jours, dont la plupart proviennent d’Haïti, des États-Unis et même de la France et de l’Asie.

L’annulation de l’édition 2020 de l'Expo de Trois-Rivières risque d’entraîner des pertes financières à l’organisation.

Expo de Trois-Rivières

Selon la directrice générale de l’Expo de Trois-Rivières, Marie-Eve Roy, l’espoir de présenter en 2020 la 115e Expo fait place à la déception.

«Ce n’est pas une surprise, mais on est vraiment triste. On travaille toute l’année pour organiser l’exposition. Sur le conseil d’administration, il y a 12 bénévoles qui s’investissent pour l’événement. On se donnait jusqu’à la fin du mois d’avril pour prendre une décision. Mais on a reçu un communiqué de notre association qui dit que la saison des expositions est annulée. Ça a facilité les choses.»

L’annulation de l’édition 2020 risque d’entraîner des pertes financières à l’organisation. Le budget d’exploitation est d’environ un million de dollars, dont 25 % proviennent de subventions et de commandites. Le reste du budget est bouclé par les entrées, les revenus de stationnement et de bars et les frais de location perçus auprès des commerces qui installent leur stand.

La direction a réussi à reporter en 2021, sans pénalité, les contrats des humoristes Jean-Claude Gélinas, Jérémy Demay et Jean-Thomas Jobin. Mais comme l’organisation ne cadre pas avec les programmes de soutien des gouvernements, précise, Mme Roy, l’organisation souhaite garder les subventions qu’elle reçoit, dont celle de la Ville de Trois-Rivières.

«On appréhende une perte d’environ 100 000 $, confie Mme Roy. Ce sont des frais d’opération. On reçoit une subvention de 125 000 $ de la Ville de Trois-Rivières. Si on réussit à la conserver, on remettrait les 25 000 $ excédentaires à la Ville et on n’aurait pas de perte.»

L’organisation va honorer en 2021 les passeports déjà vendus pour 2020. Elle remboursera les gens qui le désirent.

Ce n’est pas la première année que Trois-Rivières doit se passer d’une exposition agricole.
Les Première et Deuxième Guerres mondiales avaient empêché la présentation de l’événement.