Sonia LeBel compte bien passer beaucoup de temps dans la région cet été.
Sonia LeBel compte bien passer beaucoup de temps dans la région cet été.

Un été à étudier... et à profiter de la Mauricie

TROIS-RIVIÈRES — L’été s’annonce chargé pour Sonia LeBel, pour qui les vacances rimeront avec l’étude des dossiers dont elle vient d’hériter au Conseil du trésor afin de se lancer dès septembre dans les négociations du secteur public et le projet de loi pour la relance économique. Mais la députée de Champlain n’entend pas être moins présente dans le comté pour autant, et tentera aussi de s’installer dans son chalet, au nord de La Tuque, afin de pouvoir avancer le travail.

D’ailleurs, elle ne cache pas être peinée en entendant des critiques dire qu’on la voit moins dans le comté en raison de ses fonctions ministérielles, et que ses nouvelles tâches au Trésor ne viendront pas améliorer les choses.

«Je ne veux pas qu’on mette en opposition le fait d’avoir un poste de ministre et d’être capable de faire la job de députée. C’est comme si on opposait le fait de pouvoir être mère et d’avoir une carrière. Je suis présente, mais je ne le publicise pas à outrance. Je ne fais pas des posts Instagram chaque fois que je discute avec un citoyen à la boulangerie Germain à Sainte-Thècle. Je veux faire la distinction entre présence et visibilité. Est-ce que j’ai été moins visible durant la pandémie? La réponse est oui. Mais moins présente? Non», tranche Mme LeBel, qui dit avoir tenu de multiples rencontres en confinement par le biais des technologies, et d’avoir orchestré une tournée des 17 maires du comté dès que le déconfinement l’a permis. Une tournée qui lui a pris deux semaines et qui vient tout juste de s’achever.

Sonia LeBel est d’avis que le poste qu’elle vient d’obtenir sera bénéfique pour la région, surtout en période de relance économique. «La Mauricie devrait se réjouir d’avoir deux des trois ministres qui sont sur le comité de relance. Les citoyens ne sont pas perdants, ils sont gagnants», croit-elle.

Coups de coeur régionaux

Cette Mauricie, elle n’hésitera pas à la parcourir cet été, dès qu’elle aura envie de se reposer de l’étude de ses dossiers. Déjà, durant la pandémie, elle avait ravitaillé son chalet de produits locaux, des bières de la microbrasserie À La Fût jusqu’au gin L’If de la Distillerie L&M en passant par le vin blanc Sa Majesté des Boissons du Roy et des viandes de la Ferme Hogue de Saint-Séverin et de la Bisonnière de Saint-Prosper.

Habituée des restaurants du comté, Sonia LeBel dit également être impatiente de recommencer à les fréquenter, maintenant que le déconfinement permet leur fréquentation. On la verra probablement s’attabler à la microbrasserie À La Fût de Saint-Tite, ou encore à celle du Presbytère de Saint-Stanislas. Et pour lui rappeler son coup de coeur de la campagne électorale de 2018, elle pourrait aussi se commander des Ailes piquantes Buffalo sur le boulevard Thibeau dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

«Chaque fois que je viens, je fais le tour. Au moins minimalement le vendredi. J’achète des tartes à Saint-Narcisse, je vais à la boulangerie Germain ou encore prendre mon café aux Cinq Soeurs à Sainte-Thècle. J’en profite pour ramener des muffins à mes enfants. Il y a tellement de beaux produits partout et je fais ma tournée, c’est un incontournable», dit-elle, précisant avoir aussi l’intention d’aller faire un tour au Parc de la rivière Batiscan, aux chutes de Notre-Dame-de-Montauban et également faire un peu de kayak à son chalet.

Vendredi, Sonia LeBel s’est rendue au Village Kapibouska de Saint-Tite afin de distribuer des masques aux citoyens. Elle répétera cette même opération le 5 juillet prochain lors de l’ouverture officielle du marché public de Saint-Narcisse.

À lire aussi

Le défi en or de Sonia LeBel

Les défis de Sonia LeBel en région

  • Mise en place du Centre des sciences du Cégep de Trois-Rivières pour remplacer l’Observatoire de Champlain.
  • Projet de développement du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
  • Décontamination du site d’Aleris (déjà débutée).
  • Déploiement du service Internet haute vitesse pour encore 2200 foyers non branchés.
  • Investissements dans les infrastructures routières, dont le pont de la route 138 à Batiscan et la correction de la route 361 à Sainte-Geneviève-de-Batiscan.
  • Allégement de la réglementation pour l’accès aux programmes pour les municipalités.
  • Travailler à la relance économique post-pandémie.