Un employé de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy travaillait à l'école Louis-de-France et dans un CHSLD, ce qui ne sera plus permis.
Un employé de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy travaillait à l'école Louis-de-France et dans un CHSLD, ce qui ne sera plus permis.

Un employé de l’école Louis-de-France travaillait aussi en CHSLD

Trois-Rivières — La Commission scolaire du Chemin-du-Roy a décidé d’ajouter deux nouveaux éléments au questionnaire d’autoévaluation des symptômes que doivent remplir quotidiennement ses employés qui se présentent physiquement dans les écoles.

C’est que le centre administratif de la Commission scolaire a appris, mardi, qu’un employé à temps partiel occupait également un emploi de soir en CHSLD alors que la direction de l’école où travaillait cette personne l’a appris, elle, il y a quelques jours. Selon Radio-Canada Mauricie, cet employé occupait un poste à temps partiel à l’école Louis-de-France dans la classe touchée par la COVID-19.

La Commission scolaire dit comprendre que les personnes qui n’obtiennent que quelques heures de travail à temps partiel dans les écoles veuillent occuper aussi des emplois ailleurs pour se faire un salaire convenable. «Si un employé n’est pas à plein temps, que c’est un remplaçant ou peu importe, c’est sûr que la personne peut travailler ailleurs», fait valoir la responsable des communications Anne-Marie Bellerose.

Le hic, c’est l’endroit où cette personne va travailler, nuance-t-elle.

À partir de jeudi, le questionnaire que doivent remplir chaque jour les employés qui travaillent en présentielle demandera s’ils ont travaillé au cours des 14 derniers jours dans le réseau de la santé ou dans un autre lieu de travail.

Jusqu’à maintenant, ce genre de question n’était pas posée. Il n’y avait pas de directive en ce sens de la part de la Santé publique, précise Mme Bellerose.

Cette dernière indique que selon la Santé publique, il n’est pas possible de faire de lien entre les récents cas d’éclosions dans certaines écoles du territoire et le fait qu’un ou des employés à temps partiel aient oeuvré dans un CHSLD .

En fonction des réponses fournies par les employés à temps partiel aux nouvelles questions, les décisions seront prises cas par cas, indique Mme Bellerose. Il y a une différence, par exemple, entre être allé faire du travail administratif dans un hôpital et être allé travailler auprès des personnes âgées en CHSLD , illustre-t-elle.

Mme Bellerose rappelle qu’il «y a une responsabilité de la personne aussi», fait-elle valoir. «Il y a six mois, on n’aurait pas eu ce réflexe-là, mais là, il va falloir le développer», dit-elle.

Rappelons que la Commission scolaire du Chemin-du-Roy a été particulièrement touchée par la pandémie. Six cas ont été déclarés à l’école Saint-Paul, un cas à l’école Saint-Philippe, un autre à l’école Jacques-Hétu tandis qu'on compte maintenant 11 élèves et un membre du personnel qui ont été également touchés à l’école Louis-de-France. Malgré tous ces cas, la Santé publique a affirmé que la situation était sous contrôle et que les mesures de prévention étaient bien suivies dans les établissements scolaires. Pour l’instant, aucun cas n’a été signalé dans les deux autres commissions scolaires de la région.