Les conseillers municipaux Denis Roy, Pierre Montreuil, Dany Carpentier et Mariannick Mercure formaient l’équipe des conseillers municipaux ayant accepté de prendre part à cette compétition.

Un défi qui sensibilise

TROIS-RIVIÈRES — Trente-six personnes de la communauté trifluvienne ont pris part, mercredi soir, à la compétition culinaire «Prends ma place pour une journée» tenue par l’organisme Comsep. Cette compétition, ouverte au grand public, avait pour but de sensibiliser un large public à la question de la pauvreté mais également à celle de l’analphabétisme.

Ainsi, avec un budget de 18,50 $, chaque équipe devait faire les achats et cuisiner deux repas équilibrés pour quatre personnes, les forçant du même coup à redoubler d’imagination pour produire des repas santé et nourrissants avec un maigre budget. Un exercice qui fait écho auprès des personnes qui y participent, estime la coordonnatrice de Comsep, Sylvie Tardif.

«C’est un exercice merveilleux, parce que ça nous permet de sensibiliser des gens qui ne viendraient pas nécessairement s’asseoir et entendre parler de pauvreté ou d’analphabétisme, mais qui le vivent à travers le défi. Ces gens deviennent des agents multiplicateurs dans leurs milieux, ce qui permet de déconstruire bien des préjugés», croit Mme Tardif.

Depuis l’an dernier, plusieurs compétitions de la sorte se sont tenues chez Comsep, et trois autres seront à venir à l’automne, en compagnie de gens d’affaires, d’étudiants de programmes comme travail social, éducation spécialisée ou encore psychoéducation, d’élus municipaux, d’employés municipaux et de personnes du public. Des centaines de participants qui, depuis l’an dernier, ont affronté la réalité de devoir faire l’épicerie en calculant le moindre sou pour boucler un budget. «À travers le défi de cuisiner ces repas, ils sont également placés devant des obstacles qui leur permettent aussi de connaître la réalité des personnes analphabète. C’est un autre poids que celui de devoir faire l’épicerie pour ces gens-là», constate Sylvie Tardif.

Les repas cuisinés par les participants mercredi soir ont été servis à des personnes en situation de pauvreté venues assister à la compétition. Un jury a également décerné le prix de la meilleure recette.

Par ailleurs, un documentaire sera réalisé par Pierre Saint-Yves au sujet de cette activité, documentaire qui sera partagé à travers le Québec auprès d’autres organismes communautaires, mais également d’institutions d’enseignement.