Air Maroc a suspendu tous ses vols, laissant ainsi en plan un paquet de touristes qui veulent quitter le pays.
Air Maroc a suspendu tous ses vols, laissant ainsi en plan un paquet de touristes qui veulent quitter le pays.

Un couple shawiniganais veut quitter le Maroc

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Le couple de Shawiniganais présentement au Maroc et qui devait rentrer au pays par un vol ce dimanche est désormais bel et bien coincé dans ce pays. La compagnie qui devait assurer leur transport, Royal Air Maroc, a suspendu tous ses vols mardi, et aucune autre compagnie aérienne ne semble en mesure de les ramener au pays. Inquiets et anxieux, ils demandent maintenant au gouvernement canadien de les rapatrier de toute urgence.

«Il n’y a plus aucun restaurant ouvert ici. On n’a pas de cuisinière et tout s’achète dans les marchés qui sont en train de fermer. Il n’y a pas de livraison à domicile. On a trouvé une petite épicerie avec du pain et de la Vache qui rit pour aujourd’hui. Tout le reste est fermé. Il va falloir aller voir à Marrakech si on ne trouve pas autre chose. On ne va plus rien avoir à manger dans pas long», s’inquiète la femme, qui préfère ne pas être identifiée dans les médias, mais qui a multiplié les demandes à l’ambassade, maintenant fermée, de même qu’à Affaires mondiales Canada et au bureau du député François-Philippe Champagne.

«L’ambassade du Canada au Maroc a fermé ses portes aux Canadiens et a enlevé son Messenger. L’espace Schengen est fermé pour 30 jours, donc on ne peut plus rentrer par l’Europe. Or, on reçoit des nouvelles Facebook de l’ambassade qui nous dit d’acheter des billets d’Air France et Easyjet. Tous ces vols transitent vers l’Europe. Si on achète ces vols, on va se les faire annuler en plus de s’endetter encore», clame la Shawiniganaise.

Les deux ressortissants ont tenté de communiquer avec l’adresse courriel mise en place par Affaires mondiales Canada, mais on les réfère automatiquement au site www.voyage.gc.ca en raison du trop grand nombre de demandes.

«Bref, si tu dis SOS, ils te renvoient au privé ou sur des informations générales qui te disent de rentrer par des moyens commerciaux. On tourne en rond», constate-t-elle, réclamant être rapatriée de toute urgence.

Au bureau du ministre François-Philippe Champagne, on reconnaît que la situation au Maroc est plus problématique que dans certains autres pays en ce qui concerne le retour des Canadiens. L’attaché politique du ministre, François Massicotte, ne cache pas que son équipe planche actuellement à raison de 18 heures par jour pour trouver des solutions aux nombreux cas qui se révèlent à travers le monde.

«On essaie de trouver des solutions, mais avec la fermeture des frontières, c’est plus complexe que de juste louer un avion pour aller chercher les gens. On y travaille», explique-t-il, confirmant avoir reçu plus d’une trentaine de demandes similaires en provenance du Maroc. Selon Radio-Canada, près de 4000 Canadiens se trouveraient présentement au Maroc.