En échange d’un don pour l’organisme Point de rue, les citoyens étaient invités à ajouter quelques touches de couleurs à l’œuvre caritative. Sur la photo: Diane Longpré, coordonnatrice du projet pour l’organisme Point de rue et la Coop Les Affranchis et Marie-Pier Kalomiris, coordonnatrice de production et logistique pour la Corporation des évènements de Trois-Rivières.

Un coup de pinceau pour une bonne cause

TROIS-RIVIÈRES — Avec quelques coups de pinceau, les Trifluviens ont pris part à l’oeuvre caritative qui prenait place aux coins des rues des Forges et Badeau au centre-ville de Trois-Rivières.

En échange d’un don pour l’organisme Point de rue, les citoyens étaient invités à ajouter quelques touches de couleurs à l’oeuvre caritative.

Une idée originale de la Corporation des évènements de Trois-Rivières qui a permis à l’organisme d’amasser des fonds, mais aussi de créer un lien entre leur clientèle et les gens présents.

«Pour nous, c’est comme un cadeau. C’est une belle activité à laquelle les gens sont heureux de prendre part. Ma collègue et moi, nous sommes d’ailleurs étonnées de constater le nombre important de nos usagers qui ont participé ce soir», souligne Diane Longpré, coordonnatrice de projets à l’organisme Point de rue. Elle ajoute que l’inclusion par l’art est très appréciée et permet de créer des liens.

En effet, l’organisme Point de rue vient en aide aux gens qui vivent une situation de rupture sociale.

Parfois sans domicile, souvent isolé, quelques fois aux prises avec des problèmes de toxicomanie ou encore souffrants de maladie mentale, le profil type des usagers de l’organisme est diversifié.

«Nous répondons aux besoins de base des gens et nous les aidons à créer des liens avec la société. Nous voulons les aider à trouver un sens à leur vie et une place dans la société. Ce sont souvent des gens qui ne cadrent pas dans les différents organismes et qui sont laissés à eux-mêmes», précise Jacynthe Villemure, travailleuse de rue et de milieu.

La soirée de vendredi a été très appréciée tant chez les membres de l’organisme que chez les citoyens. Faire un don en échange de quelques coups de pinceau s’est avéré une expérience des plus créative pour les gens qui profitaient de la belle soirée au centre-ville.