Pour une deuxième année, une pièce de théâtre sur le chemin de croix a été présentée à la résidence du Manoir, vendredi. Cette pièce est organisée et jouée par des résidents et des employés de la résidence.

Un chemin de croix rassembleur

Trois-Rivières — Pour une seconde année, des résidents et des employés de la résidence du Manoir du boulevard Rigaud, à Trois-Rivières, ont présenté une pièce de théâtre sur le thème du chemin de croix, dans le cadre des célébrations du Vendredi saint.

L’idée de mettre en scène l’épisode biblique qui raconte la crucifixion de Jésus Christ vient d’Anne-Marie Julien, résidente de l’endroit. Après le succès qu’a remporté la pièce auprès des résidents l’an dernier, elle a décidé de répéter l’expérience et d’en faire une tradition au sein de la résidence.

«Les gens aiment ça, souligne Mme Julien. On est des personnes pour qui la religion est encore importante et les gens embarquent là-dedans. Des personnes âgées de 80 ou 90 ans qui font les acteurs, c’est le fun!»

L’édition 2019 de cette pièce était très attendue, tant par le public que par les acteurs, assure Mme Julien. «J’ai été opérée au mois d’octobre et les gens avaient peur que je ne revienne pas. Quand ils m’ont vu arriver, à mon retour, ils m’ont dit: ‘‘vous allez être là pour le chemin de croix?’’ J’ai dit oui, on va être là», raconte-t-elle.

Cette pièce se veut d’ailleurs très rassembleuse, autant pour le public que pour les gens qui la présentent. En tout, soixante bénévoles, résidents et employés y contribuent.

«C’est l’activité de l’année qui implique le plus grand nombre de personnes à la résidence, affirme Mme Julien. J’en ai neuf qui habillent les gens, qui s’occupent des costumes. Encore ce matin, les gens s’offraient pour nous aider.

Mme Julien a préparé la pièce pour la première fois alors qu’elle résidait à Saint-Paulin, il y a plusieurs années. En tant que bénévole à l’église du village, elle recréait chaque année le chemin de croix. Lorsqu’elle a appris que l’église allait être vendue à la municipalité, elle a récupéré les costumes et les décors confectionnés au fil des années pour les amener à Trois-Rivières.