Cette montagne a été retenue comme site idéal, compte tenu de tous ses avantages: vaste terrain, la montagne elle-même, qui présente une dénivellation intéressante pour ce sport, les équipements et immeubles en bon état, la possibilité de redonner au site sa beauté naturelle, sans oublier l'ouverture d'esprit des propriétaires du site et de la municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel face au projet

Un centre national de biathlon à Mont-Carmel

Deux ans après la fermeture du centre de ski Mont-Carmel, le Club Biathlon Mauricie, un organisme à but non lucratif, vient de louer la montagne et est en train de la transformer en centre national de biathlon, un sport olympique de plus en plus populaire, rendu célèbre au Québec par Myriam Bédard, médaillée d'or des Jeux olympiques de 1994.
<p>Le Club Biathlon Mauricie songe à tenir à Mont-Carmel des compétitions d'envergure nationale et internationale.</p>
Sylvie Pronovost, présidente du Club Biathlon Mauricie, a confié qu'elle avait considéré cinq emplacements en Mauricie pour la pratique de ce sport, (une combinaison de ski de fond style libre et de tir à la carabine 22, tir à air comprimé et laser), et que cette montagne avait été retenue comme site idéal, compte tenu de tous ses avantages: vaste terrain, la montagne elle-même qui présente une dénivellation intéressante pour ce sport, les équipements et immeubles en bon état, la possibilité de redonner au site sa beauté naturelle, sans oublier l'ouverture d'esprit des propriétaires du site et de la municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel face au projet.
«La proximité des lieux, les services en hébergement du milieu et de Shawinigan et Trois-Rivières, tout y est pour répondre aux multiples demandes d'une future clientèle de biathlètes», s'enthousiame Mme Pronovost.
Cette dernière précise par ailleurs que ce centre de ski qui avait ouvert ses portes il y a 50 ans, ne risque plus de voir d'adeptes de ski alpin le fréquenter à nouveau. Par contre, on y fera une belle place au ski de fond. «On veut redonner ses lettres de noblesse à cette montagne en rétablissant son équilibre naturel tout en y développant une vocation récréotouristique, été comme hiver.»
L'organisme songe également à y tenir des compétitions d'envergure nationale et internationale. Par conséquent, les aménagements en cours dans les pistes et champs de tirs tiennent compte des standards nécessaires. On veut aussi accueillir des groupes militaires ou autres qui ont besoin d'un vaste espace d'entraînement.
Incidemment, depuis novembre dernier, le centre reçoit des Cadets de l'air à toutes les semaines parce qu'ils ne peuvent plus pratiquer le biathlon au Mont-Bénilde, à Bécancour, l'établissement ayant fermé ses portes. Le site a aussi accueilli l'organisme COSI, spécialisé en secourisme international.
«Le biathlon a besoin d'un site performant pour les athlètes débutants et plus avancés», plaide Mme Pronovost qui souligne qu'à Canmore en Alberta, ce sport connaît un développement incroyable, même dans sa version estivale.
Biathlon Mauricie souhaite même intéresser la Commission scolaire de l'Énergie à implanter une concentration Sport-études en biathlon, comme il en existe déjà une dans la région de Sherbrooke. Robert Adam, qui est secrétaire du club, est agent de développement à la Commission scolaire de l'Énergie. «On vise les 5e année et 6e année de l'école primaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et une autre à Val-Mauricie», précise-t-elle.
D'ici là, on achève de nettoyer le site qui a malheureusement souffert des vandales et de rénover les chalets. Un plan de sécurité du site a été établi en collaboration avec la Sûreté du Québec, l'Association des VTT et Quads de la Mauricie ainsi que le Club de motoneige de Champlain. Des dizaines de poteaux électrifiés ont été enlevés. D'autres travaux sont actuellement en cours, dont la démolition des cabanes des remonte-pentes. Par ailleurs, les cabanons des centres de glisse n'existent plus.
En attendant l'ouverture officielle, l'organisation demande à la population de ne pas utiliser la montagne, qui est propriété privée, pour la glisse, la motoneige, le quad, la promenade à cheval, la chasse ou la trappe. Mais cela dit, soucieux de se garantir l'acceptabilité sociale du projet, le nouveau centre de biathlon songe à réserver un espace pour la glisse en famille sur son site. L'ouverture du Centre de biathlon au public n'est prévue que dans quelques mois.
Un peu d'histoire
Rappelons que c'est le 17 janvier 2012 que les actionnaires de la station de ski Mont-Carmel, Dany, Josiane et Yvon Lemay ainsi que Louis-Marc Bourgouin fermaient sans préavis la station. Cette fermeture surprise était d'autant plus incompréhensible pour le conseil municipal de l'époque que ces promoteurs étaient arrivés en 2008 avec un ambitieux plan de développement de près de 13 M$, soulevant l'enthousiasme dans le milieu.
En septembre 2011, on avait même annoncé l'installation de nouveaux télésièges quadruples ainsi que l'acquisition d'un système d'enneigement artificiel pour toutes les pentes. À cause des caprices de Dame Nature à l'hiver 2011 et 2012, le départ de la saison avait toutefois été très lent.
Une vente à l'encan des équipements de la station, toujours propriété du même groupe, avait lieu en juillet 2012, et plus de 400 personnes, dont plusieurs propriétaires de stations de ski de partout au Québec, en ont profité. Malgré une rumeur, aucun acheteur toutefois n'avait tenté d'acquérir la totalité du site qui avait ouvert ses portes pour la première fois en 1954, à l'initiative de Roland Lapointe.
En 1962, Fernand Gauthier et Claude Barbeau prenaient la relève pour une aventure qui durera plus de 40 ans faisant du Mont-Carmel le centre d'initiation pour des milliers de skieurs de la Mauricie. Certains week-ends, on pouvait compter jusqu'à 30 autobus scolaires de skieurs, grâce entre autres à une initiative du Club Kiwanis.
C'est sous le règne de ces deux hommes d'affaires qu'apparaissent une première remontée en arbalète et un système d'enneigement mécanique, suivis quelques années après d'une remontée T-Bar. 1972 marqua un autre virage important avec l'agrandissement du chalet, un troisième T-Bar et l'apparition de nouvelles pistes. La station de ski Mont-Carmel a aussi connu des heures de gloire avec l'arrivée de la discipline du saut à ski.