Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La démolition de l’Observatoire du Cégep de Trois-Rivières à Champlain devrait commencer dans quelques semaines.
La démolition de l’Observatoire du Cégep de Trois-Rivières à Champlain devrait commencer dans quelques semaines.

Un centre des sciences au Parc de la rivière Batiscan en 2022?

Charles-Antoine Boulanger
Charles-Antoine Boulanger
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le projet de centre des sciences du Cégep de Trois-Rivières au Parc de la rivière Batiscan est toujours sur les rails. Les gouvernements fédéral et provincial n’ont pas encore confirmé leur contribution, mais le directeur général du Cégep, Louis Gendron, a bon espoir que les choses changeront bientôt. De son côté, la démolition de l’Observatoire de Champlain devrait s’amorcer dans les prochaines semaines, le temps d’assurer aux équipements une deuxième vie.

Le projet avance tranquillement, mais est sur la bonne voie si on se fie aux propos de M. Gendron. L’objectif est de faire la première pelletée de terre dans environ un an.

Le Cégep aimerait obtenir le financement nécessaire d’ici cet automne pour lancer l’appel d’offres. Le contexte est favorable à une annonce de la part des principaux bailleurs de fonds selon le directeur général. Les rumeurs du déclenchement d’une élection fédérale au mois d’août sont pour lui une opportunité de se faire entendre.

«Faire boucler le reste du budget, une fois que les deux paliers de gouvernement seront au rendez-vous, ça ne sera pas compliqué. […] Les engagements politiques sont là. Les engagements financiers sont à venir», explique-t-il. Pour le moment, la MRC des Chenaux et la Fondation du Cégep de Trois-Rivières ont confirmé leur contribution. D’autres partenaires pourraient s’y joindre sous peu.

Dans les cartons depuis plus de deux ans, le centre des sciences devrait coûter 11,3 M$. Aucun changement n’a été apporté au plan initial. Il comprend notamment la construction d’un planétarium ainsi que la mise en place d’un télescope pour la population et d’un autre réservé à la recherche scientifique.

«C’est d’abord un projet d’éveil à la science», note M. Gendron. Ce dernier parle «d’un cadeau exceptionnel pour les futures générations».

Le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron.

Le conseil d’administration du Cégep a autorisé l’acquisition du terrain au Parc de la rivière Batiscan toujours détenu par Hydro-Québec. Avant l’achat officiel, différentes vérifications doivent être faites pour garantir que la parcelle répond aux attentes. Après les observations, des mises à jour pourraient être apportées au projet.

Également, Louis Gendron et son équipe continuent de travailler sur le plan d’affaires. «On veut s’assurer que ce n’est pas un éléphant blanc», spécifie-t-il.

Un site d’observation au Lac-Édouard

Le Cégep veut être certain que les équipements de l’Observatoire de Champlain soient réutilisés. Le but était de garder le matériel en Mauricie afin d’en faire profiter la région.

Le télescope sera conservé par le Cégep pour d’éventuels projets. Pour ce qui est de la monture et du dôme, une personne de la municipalité de Lac-Édouard, en Haute-Mauricie, souhaite en faire l’acquisition. L’endroit est notamment intéressant, car il est éloigné de sources lumineuses importantes et son ciel serait propice à l’observation.

«On lègue les équipements parce que leur durée de vie utile est passée date, mais […] ce qu’on veut c’est garder un lien pour que ça fasse partie de notre offre de service globale», confie Louis Gendron. Il espère conclure une entente avec les partenaires de Lac-Édouard pour réaliser des initiatives communes.

Pourquoi abandonner Champlain?

«L’Observatoire de Champlain a près de 50 ans. Il avait besoin de beaucoup beaucoup d’amour. Puis, l’environnement n’est pas ce qu’il a été, ce qu’il devrait être», lance le porte-étendard.

Les investissements pour maintenir le site de Champlain en activité auraient été trop importants. À son avis, le Parc de la rivière Batiscan offrirait davantage de possibilités en plus d’apporter un achalandage supplémentaire.