Un centre de recherche en santé pourrait voir le jour dans le couvent des Ursulines.

Un centre de recherche et d’innovation en santé pourrait s’y implanter

Trois-Rivières — Une fois que les religieuses auront déménagé dans leur nouveau domicile sur le site Trois-Rivières sur Saint-Laurent en 2019, le couvent des Ursulines ne devrait pas rester vacant bien longtemps.

Le conseil municipal de Trois-Rivières a adopté une résolution émanant de la direction générale en vertu de laquelle la Ville s’engage à appuyer financièrement un projet pour préserver le patrimoine de cette congrégation religieuse afin d’y réaliser un centre de recherche et d’innovation dans le domaine de la santé, et ce, en collaboration avec Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières.

En raison d’ententes de confidentialité, le maire Yves Lévesque n’a cependant pas été en mesure de dévoiler l’identité de l’organisation intéressée à donner une nouvelle vie à cet endroit que les religieuses habitent depuis plus de 300 ans. Néanmoins, il a indiqué que plus de 80 emplois seraient rapatriés à Trois-Rivières dans l’éventualité où ce projet voit le jour. Ce nombre pourrait doubler dans un horizon de trois à cinq ans.

«On a un joueur vraiment intéressant et ce n’était vraiment pas évident à trouver. Nous sommes vraiment contents de pouvoir convertir ce bâtiment à vocation religieuse qui est un symbole de l’apport important des Ursulines dans la collectivité de Trois-Rivières. On parle d’une masse salariale de 15 millions $ au centre-ville. Ça fait très longtemps que l’on travaille là-dessus», a-t-il mentionné avant de préciser qu’il est très optimiste relativement à ce projet et que les Ursulines sont heureuses de la qualité du projet.

Fait à noter, l’édifice sera acheté par IDE Trois-Rivières. Son coût d’achat et celui des améliorations qui y seront apportées seront remboursés grâce aux loyers qui seront perçus sur une période de 20 ans.

«Le coût net sera de zéro pour la Ville», lance fièrement le maire Lévesque avant d’ajouter que le projet n’entraînera pas la fermeture du musée des Ursulines.

Rappelons que les quelque 200 religieuses des Ursulines, des Filles de Jésus et des Carmélites déménageront prochainement ensemble dans une nouvelle résidence qu’elles partageront avec des laïcs. Les travaux de construction sont d’ailleurs commencés et le promoteur derrière le projet, le groupe Lokia, espère qu’ils seront complétés en juin 2019.