Le Dr Pierre Villeneuve (à gauche) a vu naître Moly Martel Côté et Ludovic Matte dans les premières années de sa pratique et le premier enfant du couple, Hansen Matte, il y a quelques jours.

«Un cadeau dont je serai à jamais reconnaissant»

LA TUQUE — «Dans les premiers jours de ma pratique, je me disais que si je pratiquais l’accouchement sur deux générations ça voudrait dire que je n’aurais pas été complètement inutile dans la vie. Que ça arrive maintenant, ça me comble vraiment. C’est un cadeau dont je serai à jamais reconnaissant!»

C’est avec beaucoup d’émotions que le médecin Pierre Villeneuve a partagé un moment particulièrement exceptionnel de sa carrière. Il y a quelques jours, il a aidé une maman à mettre un enfant au monde, le petit Hansen Matte. Un moment touchant alors qu’il a aussi vu naître sa mère Moly Martel Côté et son père Ludovic Matte dans ses premières années de pratique.

«C’est très spécial pour moi, d’abord parce que j’ai aidé cet enfant-là à venir au monde. […] Lorsque le père est né, j’étais encore étudiant en médecine. J’étais en stage d’externat à l’hôpital Saint-François d’Assise à Québec. Je m’intéressais vraiment beaucoup à l’obstétrique à ce moment-là. J’en faisais le plus possible. L’accouchement de Ludovic, c’est un des premiers accouchements que j’ai fait moi-même, peut-être même le premier. Dans le cas de Moly, j’ai aidé sa mère à la mettre au monde à La Tuque», raconte le médecin.

La jeune maman était au courant de la situation. Elle avait vu des photos de sa naissance avec le docteur Villeneuve qui est à La Tuque depuis 26 ans.

«Ma mère m’en avait parlé. Elle m’avait même montré des photos. Il était un peu plus jeune sur les photos», rigole Moly Martel-Côté.

Cette dernière souhaitait que ce soit le docteur Pierre Villeneuve qui soit présent lors de son accouchement. En temps normal, il devait être absent à la date prévue, mais bébé Hansen s’est fait attendre jusqu’à 41 semaines.

«C’est la nature qui a décidé», a lancé Dr Villeneuve.

«C’est extrêmement flatteur. Les gens sont tellement fins. Je me sens tout petit. Je fais mon travail du mieux que je peux et j’aime ça», a-t-il ajouté.

Pierre Villeneuve a d’ailleurs partagé l’événement sur Facebook. La publication de la photo du médecin et du nouveau-né a suscité de nombreuses réactions de patients, d’amis et de collègues.

«Je me sens très privilégié. C’est un peu pour ça que j’ai mis ça sur Facebook. Je voulais le partager […] Les commentaires m’ont beaucoup touché. Il n’y avait que du positif et je remercie très humblement tout le monde. Je suis juste chanceux d’avoir vécu ce moment-là.»

Pierre Villeneuve parle de l’événement avec beaucoup d’émotions. Pour lui, c’est un moment particulier pour plusieurs raisons. Les souvenirs d’une passion qui part de loin sont nombreux. Son amour pour les bébés, raconte-t-il, a probablement été la motivation la plus puissante à s’engager à faire des études en médecine.

«Je savais que j’allais faire des accouchements, ça, c’était certain.»

«J’ai un souvenir encore très vivant dans ma mémoire. J’étais très jeune. Mon père (qui était médecin) nous amenait parfois à l’hôpital avec lui. On était passé devant la salle d’accouchement. Il y avait une maman qui venait d’accoucher. Le père était là aussi, il pleurait, c’était la joie. L’infirmière m’a laissé entrer et elle m’a montré comment ça fonctionnait. C’est resté dans ma tête. C’est certainement le principal moteur qui m’a amené à devenir médecin».

Les choses ont évolué en 25 ans sur le plan des installations dans les hôpitaux, des photos de la naissance de Moly le démontrent bien. Celle qui travaille dans le domaine de la santé est d’ailleurs bien placée pour le constater. La médecine aussi a changé. Dr Villeneuve estime que l’obstétrique était déjà avancée il y a un quart de siècle, mais qu’il continue sans cesse d’avoir des améliorations.

«Ce qui a progressé énormément, c’est la néonatalogie. Il y a des progrès énormes qui se sont faits pour les prématurés […] On est là pour aider à quelque chose qui est plus grand que nous. La vie elle-même a évolué», observe-t-il.

Dans tout ce moment exceptionnel qu’est la naissance d’un enfant, le couple a tenu à souligner tout le travail exceptionnel du personnel en obstétrique. Des gens «fins et super attentionnés» qui les ont très bien encadrés.

«Je ne suis pas tanné d’assister à des naissances, et je vais continuer aussi longtemps que je vais être capable», a pour sa part conclu le Dr Villeneuve.