De gauche à droite: Frédéric Trudelle (directeur général du Centre Roland-Bertrand), Jean Boulet (ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et responsable de la Mauricie), Fabien Béchard (président du Centre Roland-Bertrand) et Marie-Louise Tardif (députée de Laviolette - Saint-Maurice).
De gauche à droite: Frédéric Trudelle (directeur général du Centre Roland-Bertrand), Jean Boulet (ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et responsable de la Mauricie), Fabien Béchard (président du Centre Roland-Bertrand) et Marie-Louise Tardif (députée de Laviolette - Saint-Maurice).

Un cadeau de 10 000 $ du ministre régional au Centre Roland-Bertrand

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Le père Noël a fait un petit détour par le Centre Roland-Bertrand de Shawinigan mardi après-midi pour déposer au pied de l’arbre un présent inespéré. En effet, le ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet, a pigé dans son budget discrétionnaire pour remettre un don de 10 000 $ à l’organisme.

«Dix mille dollars d’un ministre, ce n’est jamais arrivé dans notre histoire», croit Frédéric Trudelle, directeur général du Centre Roland-Bertrand. «En tout cas moi, en treize ans, je n’avais jamais vu ça. Je pense que le ministre a bien compris ce qu’on faisait et que nous avions des besoins. Il a été sensible à notre cause.»

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale s’était déplacé au Centre Roland-Bertrand en août dernier, une visite qui l’avait visiblement remué. Il a donc décidé de poser un geste significatif pour soutenir l’organisme.

«Je le fais avec beaucoup de modestie et de respect pour ce que vous faites», témoigne M. Boulet. «Remettre ce chèque à cette période de l’année, ça a encore plus de signification. On se souhaite nos meilleurs vœux, mais c’est surtout une période de partage. Il faut penser à ceux qui ont des besoins. C’est à eux qu’on fait un grand clin d’œil.»

M. Boulet demeure impressionné par les 7170 soutiens alimentaires accordés par le Centre Roland-Bertrand en 2018, ainsi que par les 23 000 repas servis, les 270 dépannages de meubles, les 1950 couchers et les 130 personnes jointes par les services 0-5 ans.

«La lutte contre l’isolement, l’exclusion sociale et la pauvreté, c’est un combat incessant», fait remarquer le député de Trois-Rivières. «C’est vraiment au cœur de ce qui devrait nous préoccuper.»

«Chaque demande est analysée à son mérite», ajoute-t-il. «Pour moi, dans la mission solidarité sociale de mon ministère, ça m’apparaît fondamental d’être présent pour soutenir des centres qui non seulement ont des réputations remarquables, mais qui ont des effets concrets sur l’environnement humain.»

L’aide financière servira à appuyer les nombreuses activités du centre, ce qui comprend les salaires des 45 employés. Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette - Saint-Maurice, fait remarquer que chaque hausse de la rémunération de base met une pression sur l’organisme. Par exemple, l’augmentation du taux horaire de 0,50 $ du salaire minimum décrétée le 1er mai a entraîné une hausse de la masse salariale de 30 000 $ au Centre Roland-Bertrand.

Ce genre de facteur met une pression sur le financement récurrent que l’organisme reçoit du Programme de soutien aux organismes communautaires, dont la contribution ne couvre que 46 % du budget total de 1,5 million $. «C’est très bas», déplore M. Trudelle, qui souhaite que ses représentations pour obtenir une bonification soient entendues.

Ce don arrive à la fin du dernier droit pour la conception d’un millier de paniers de Noël pour les plus démunis. Le Centre Roland-Bertrand organisait d’ailleurs son traditionnel blitz téléphonique au Centre national de vérification et de recouvrement en fin de semaine dernière et M. Trudelle croit bien que les résultats de l’an dernier ont été améliorés.

M. Boulet avait entrepris sa journée à l’Immeuble multiservices des Chenaux à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, où il avait rencontré de nombreux responsables d’organismes communautaires. Quant à Mme Tardif, elle a accueilli mardi à Shawinigan la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, pour une visite impromptue aux centres d’hébergement Saint-Maurice et Laflèche.