Le sketch «Passe-Partrump» a particulièrement été apprécié par notre chroniqueur, qui a reconnu l’excellent jeu d’Anne Dorval et de Marc Labrèche.

Un Bye Bye 2017 réussi

CHRONIQUE / Tout le monde a son avis sur la question, mais dans mon livre à moi, on peut certainement parler d’un Bye Bye 2017 réussi. Beaucoup de bons moments dans cette revue humoristique d’ICI Radio-Canada Télé, dans laquelle Anne Dorval et Marc Labrèche se sont particulièrement illustrés, volant très souvent la vedette.

Dans mon palmarès, le sketch «Passe-Partrump» arrive tout en haut. Qui aurait pensé mixer Donald Trump et Passe-Partout, et entendre Kim Jong-un (excellente Anne Dorval) chanter «Mes ministres gigotent, mes ministres barbotent» sur l’air des Poissons, de la célèbre émission pour enfants? Et pour finir, Grand-Papa Bi maintenant transgenre, qu’on doit appeler Grand-Maman Barbra.

Autre sketch réussi, celui de «Chassons avec Luc Lavoie», où le commentateur de LCN, personnifié par Pierre Brassard, prodigue ses trucs pour chasser le séparatiste et qui recueille l’urine de Lise Payette pour attirer ses proies. La meilleure portion du bulletin «TAV Nouvelles» concernait le dossier de Radio-Canada sur Gilbert Sicotte, avec l’acteur qui subit un interrogatoire exagérément serré. «On l’a, nous aussi, notre scoop d’abus à Radio-Canada!» s’exclame le reporter. Plus acide que l’allusion à la bévue de TVA sur la mosquée. Brassard était parfait en Pierre Bruneau.

Très bon clin d’œil, ces Migrants Games au Stade olympique, avec les épreuves du 100 mètres douaniers et du lancer du préjugé. «En sortant d’ici, tu vas réaliser que t’aurais pas dû faire “Occupation doune”», disait la chanson de la très bonne parodie d’OD, avec une Jowanie (fabuleuse Véronique Claveau) complètement débile, au rire démoniaque, qui complote contre Sansdick, Karigne, Neurone, Karoube et les autres. Marc Labrèche a excellé en Jai du Temps, tout comme il a été très bon en Mélanie Djoly, dans «La spécialiste», présenté par Mietflix.

Cet automne de dénonciations a bien sûr fait l’objet de quelques sketches. Dans un segment beaucoup moins sévère que son numéro d’Info, sexe et mensonges, Marc Labrèche a repris Éric Salvail, qui montre son pénis à volonté, chez Salvail & Couilles. Inspiré du clown tueur de Ça, le sketch de Rozon dans les égouts, qui offre ses services à une femme qui perd ses clés, était moins percutant.

Anne Dorval a aussi ébloui en Giovanni/Jean-Claude, dans l’excellente parodie «Apollo dans l’sirop». «Despacito ne jouera pas dans le Bye Bye c’t’année», a promis Simon-Olivier Fecteau, en interrompant un sketch. Eh bien oui, la «toune de marde» a joué, avec l’apport d’Adib Alkhalidey et Joey Scarpellino. La parodie de District 31, «District 30 & 1», était moins drôle que celle de Votre beau programme, mais Anne Dorval était formidable en Hélène Bourgeois Leclerc.

Marc Labrèche, dont la Céline a fait fureur à Info, sexe et mensonges, l’a reprise pour cette parodie très drôle d’un shooting photo pour Vogue, où la diva arbore différents looks extravagants et mange des frites avec la main de René. Bonheur aussi quand Anne Dorval a fait une apparition express dans le sketch sur «L’Ameute», avec son personnage de pub de voitures, qui avait fait fureur l’an dernier.

Beaucoup ri de la bande de dégénérés de «La chambre froide», avec un Guy Carbonneau muet comme une carpe. Même dans les sketches plus faibles, Anne Dorval sauvait souvent la mise, comme son imitation d’Anne-France Goldwater dans «Gégnial!», parodie ordinaire de l’émission de Stéphane Bellavance. Plutôt convenu, le sketch de la boutique de pot n’était pas non plus le meilleur, mais au final, pas de moment vraiment raté dans ce très bon Bye Bye.

EN DIRECT DE L’UNIVERS : LA MAGIE OPÈRE

Debbie Lynch-White, Fabien Cloutier, Christian Bégin et Mariana Mazza à «En direct de l'univers – Spéciale du jour de l'An»

Autre édition très réussie d’En direct de l’univers – Spéciale du jour de l’An. Comme on l’a fait à quelques reprises pour l’édition régulière, on avait kidnappé les invités, Fabien Cloutier, Debbie Lynch-White, Christian Bégin et Mariana Mazza. Au départ, les quatre devaient participer à une fausse émission de radio. «Ça me tentait comme pogner une chlamydia!» a reconnu Christian Bégin, qui préférait de loin se retrouver sur le plateau de France Beaudoin. Et il n’a pas été déçu. Plus tard, séchant ses larmes, l’animateur de Curieux Bégin a vu apparaître son idole de jeunesse, Michel Fugain.

Le moment le plus émouvant revient à Debbie Lynch-White, incapable de retenir ses larmes en voyant celle qu’elle a épousée cette année, Marina Gallant, prendre la guitare et le micro avec France D’Amour pour la très belle Mess is Mine de Vance Joy.

On peut parler d’une émission familiale. Pour Fabien Cloutier, on avait sorti sa conjointe, sa mère et même le traducteur allemand de ses œuvres! L’équipe s’est surpassée avec le numéro hyper énergique pour Mariana Mazza, avec Karine Vanasse qui chante du Lady Gaga, et Lara Fabian. En robe de chambre et excitée comme une enfant, Mariana était belle à voir.

Impossible de ne pas faire allusion aux dénonciations d’agressions. «Soyez libres les femmes, soyez fortes!» a lancé Mariana Mazza avec fierté. «On passe dans un autre monde», s’est dit convaincu Christian Bégin.

INFOMAN : LES POLITICIENS DANS LE COUP

Plus que jamais, les politiciens de toutes allégeances se sont prêtés aux fantaisies de Jean-René Dufort dans Infoman 2017, une édition franchement réussie. On a même vu Andrew Sheer, le nouveau chef conservateur, rire et sourire en écoutant Dumas et ses choristes lui chanter des slogans sur l’air des pubs de Barbies Resto Bar Grill et Déménagement La Capitale. Mélanie Joly est peut-être la reine des phrases creuses, mais sait faire preuve d’autodérision. Pour faire ses vœux en ouverture, elle a ramené ses concepts de transition numérique et de politique culturelle de manière tout aussi incompréhensible, pressée par Jean-René d’aller droit au but.

Mes autres points forts : la burqa à volets qui s’ouvrent et se ferment pour s’identifier; Francis Reddy et Boucar Diouf qui doublent Des kiwis et des hommes pour changer Giovanni par Jean-Claude Apollo; le chien Ma graine de Fabien Cloutier pour évoquer le consentement sexuel; et Valérie Plante, la nouvelle Mini-Fée. Mais aussi la chanson d’ouverture par Charlotte Cardin, accompagnée d’un fort joli clip.

Sur le modèle de Jokes de papa, le duel de mauvais gags entre députés était hilarant. «Comment on appelle un caquiste qui fait les nouvelles? Un miracle», a envoyé Véronique Hivon du PQ à Nathalie Roy de la CAQ. Et Gabriel Nadeau-Dubois s’est retenu de rire en lançant la sienne : «Quel bruit font les horloges du président du Mexique? Tic tacos, tic tacos, tic tacos.»

La bande de Philippe Laguë nous a donné une des meilleures éditions d’À l’année prochaine. Michèle Deslauriers excelle en Lise Thériault qui fait du «yoda» et de la «médication», et sa Mélanie Joly qui s’enfarge dans sa cassette était parfaite. Le Patrice Roy de Pierre Verville est plus vrai que le vrai, et Dominic Paquet, formidable en pape François, a offert une prestation hilarante en Éric Lapointe qui fait une pub de bijoux pour Caroline Néron.

On peut presque parler d’un sans-faute pour la soirée du 31 décembre sur ICI Radio-Canada Télé, qui a été extrêmement populaire. Le Bye Bye 2017 a franchi la barre des trois millions avec 3017 000 téléspectateurs. C’est un peu plus que l’année dernière, alors que le premier Bye Bye du duo Simon-Olivier Fecteau et Guillaume Lespérance en avait attiré 2997 000. Dimanche, 1134 000 téléspectateurs sont restés pour Les coulisses du Bye Bye. Plus tôt dans la soirée, Infoman 2017 a été vue par 2047 000 téléspectateurs, comparativement à 1730 000 l’an dernier, une hausse importante. À l’année prochaine a aussi gagné des adeptes, passant de 763 000 à 1017 000. En direct de l’univers – Spéciale du jour de l’An a été suivie par 1033 000 curieux, contre 1155 000 en 2016.