Un important ralentissement de la circulation est prévu sur le pont Marc-Trudel d’ici environ deux semaines. Les travaux de remplacement de cette structure s’étendront jusqu’à la fin 2020.

Un bon test de patience pour les automobilistes

SHAWINIGAN — Annoncés pour l’automne, les travaux de remplacement du pont Marc-Trudel, entre le secteur Shawinigan-Sud et l’île Melville, s’amorceront finalement à la fin novembre ou, au plus tard, au début décembre. Depuis le début de la semaine, des travailleurs préparent un chantier qui s’annonce extrêmement perturbant pour les deux prochaines années.

Les automobilistes ont vécu un échantillon de ce qui les attend les 15 et 16 octobre. Dans le cadre de travaux préparatoires, le temps d’attente aux feux de circulation situés à l’intersection de la 109e Rue et du boulevard de Shawinigan-Sud déjouait les plus consciencieux à l’heure de pointe matinale. Jean Lamarche, porte-parole à la direction régionale du ministère des Transports, n’ose pas se lancer dans des prévisions apocalyptiques pour le moment, mais il convient que ce chantier majeur ne se vivra pas sans conséquence au quotidien.

Le débit journalier annuel moyen s’établit à 21 700 passages à cet endroit, précise-t-il. Depuis quelques jours, un panneau à messages variables est installé afin de sensibiliser les automobilistes à l’imminence de ce chantier majeur.

«Nous ne sommes pas sans savoir que ça va causer un impact sur la gestion de la circulation», reconnaît M. Lamarche. «On souhaite que les gens adaptent leurs déplacements en conséquence. Il y aura sans doute des mesures à prendre pour les usagers de la route, parce qu’il y aura un impact, malgré le maintien de la circulation sur une voie dans chaque direction.»

En octobre, des signaleurs sont apparus à la fameuse intersection afin d’améliorer la fluidité sur le boulevard de Shawinigan-Sud. M. Lamarche confirme qu’ils reviendront à certains moments.

«Nous avons une banque d’heures prévues, selon les besoins», explique-t-il. «Par exemple, lors des activités d’entretien, comme le déneigement ou lorsqu’il y aura des entrées ou des sorties importantes de machinerie. Pour le reste, si on doit s’adapter, on va le faire.»

Les automobilistes ont côtoyé certaines manœuvres dans ce secteur au cours des derniers mois. Par exemple, il a fallu poser une gaine sur une conduite et aussi, effectuer de premiers travaux préparatoires en collaboration avec les services d’utilité publique tels que Bell ou Énergir. La circulation est redevenue normale par la suite, jusqu’au début de cette semaine.

Ce chantier majeur consiste ni plus ni moins à remplacer le pont actuel. L’entrepreneur général, Grandmont & fils de Drummondville, a obtenu ce contrat pour la somme de 12,5 millions $. Les travaux doivent s’échelonner sur deux ans, sans interruption.

«On parle de démolition et de remplacement de la structure existante», précise M. Lamarche. «L’aménagement d’une piste multifonctionnelle est aussi prévu avec un trottoir, de même que l’asphaltage de la route 157 à l’approche du pont.»

L’hiver dernier, un important tronçon de la passerelle du côté ouest s’est affaissé dans la rivière. Cette structure appartenait à la Ville de Shawinigan, qui avait pris la décision de ne pas la remplacer en raison de l’imminence de la construction du nouveau pont.

«Les travaux vont s’effectuer avec le maintien de la circulation», assure M. Lamarche. «Deux voies sur quatre seront toujours maintenues, soit une dans chaque direction. La bretelle d’entrée sud vers l’avenue du Capitaine Jos-Veilleux sera fermée pour des raisons de sécurité et de fluidité de la circulation. Nous prévoyons aussi le maintien d’un espace sécuritaire pour les piétons qui souhaiteront circuler sur le pont.»

La direction régionale du ministère des Transports travaille évidemment avec la collaboration de la Ville de Shawinigan pour la coordination de cet important chantier. De plus, elle prévoit un envoi aux commerces du secteur afin de les prévenir des perturbations qui se dessinent jusqu’à la fin de l’année 2020.