Les gens de la région ont pu profiter de températures anormalement chaudes au cours des derniers jours.

Un autre record de chaleur 

La vague de chaleur accablante s'est poursuivie, lundi à Trois-Rivières, alors qu'un autre record de température a été battu.
La température maximale enregistrée au cours de la journée a été de 30 degrés Celsius. Le précédent record pour un 25 septembre était de 27 degrés Celsius et datait de 2007.
«Même si nous sommes maintenant en automne, la journée de lundi a été l'une des plus chaudes de tout l'été 2017. Avec le facteur humidex, il a fait 38 degrés Celsius», explique Amélie Bertrand, météorologue à Environnement Canada.
Selon la météorologue, du temps anormalement clément pour cette période de l'année sera encore au rendez-vous mardi et mercredi. D'autres records de chaleur pourraient donc être battus. Un front froid devrait par la suite déferler sur le Québec et amener avec lui des températures plus près des normales saisonnières.
«Ça sera encore chaud et humide mercredi. Il y aura cependant un peu plus de nuages. Un front froid passera en fin de journée et en soirée et ça causera des averses et peut-être des orages. On changera de masse d'air à compter de jeudi. On verra donc un changement assez drastique. Les températures baisseront autour des normales pour la saison. Nous sommes présentement environ 15 degrés Celsius au-dessus», poursuit Mme Bertrand.
Le «gros bon sens» dans les écoles
Généralement, les élèves en classe seraient plus susceptibles de subir l'inconfort relié à la chaleur à la fin de juin qu'en septembre. Mais force est de constater que c'est au début de l'année que frappe la canicule en 2017. Des mesures spéciales sont-elles mises de l'avant dans les écoles pour y faire face?
«Il n'y a pas de protocole particulier. C'est la notion de gros bon sens qui prime», indique la conseillère en communication à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Anne Marie Bellerose. «Les directions et les membres du personnel sont vigilants. On s'adapte à la température», assure-t-elle.
Ses collègues des commissions scolaires de l'Énergie et de la Riveraine tiennent des propos lui faisant écho. «Ce n'est pas exceptionnel qu'il fasse chaud dans nos écoles, c'est plus exceptionnel que ce soit à ce moment-ci. Tout notre personnel demeure vigilant», indique Renée Jobin, coordonnatrice aux communications à la Commission scolaire de l'Énergie.
«Chaque école doit prendre les mesures pour assurer la sécurité de ses élèves. Le jugement des adultes de l'école demeure le premier élément dans les prises de décisions», renchérit le secrétaire général et directeur des services éducatifs à la Commission scolaire de la Riveraine, Pascal Blondin.
L'hydratation demeure parmi les moyens de prévention les plus cités quand il est question de contrer les effets d'une canicule. Les élèves se rendront peut-être plus souvent aux buvettes ou pourront peut-être garder une bouteille d'eau sur leur bureau, suggèrent les porte-parole des commissions scolaires.
Les récréations pourront être allongées, et on dirigera les élèves dans les zones ombragées dans les cours d'école qui en sont dotées, donne-t-on aussi comme exemples.
À la Commission scolaire de la Riveraine, on peut se baser sur un document de gestion des récréations par rapport à la météo, inspiré de la Société canadienne de pédiatrie. Selon les températures et les facteurs éoliens (pour l'hiver) ou les indices de chaleur (pour l'été), trois niveaux de vigilance sont indiqués, soit le vert (conditions favorables pour les jeux extérieurs), le jaune (attention!) et le rouge (danger de coups de chaleur - ou d'engelure!).
Une température de plus de 31° C, peu importe l'indice d'humidité, commande «une grande vigilance».
Dans les CHSLD
À l'autre bout du spectre des générations, le gros bon sens est aussi de mise dans les centres d'hébergement du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, même si la Direction de la Santé publique n'a pas émis de consignes relatives à une période de chaleur accablante.
«Comme tout le monde, on se protège. Il y a une vigie qui est tenue par notre personnel. L'important, c'est l'hydratation, et on a aussi des refuges climatisés dans nos établissements», indique Guillaume Cliche, agent d'information au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, en rappelant que peu importe son âge, des précautions sont à prendre pour limiter les risques de souffrir de la chaleur.