Au tour du gym La Forge T-R de garder ses portes ouvertes malgré les recommandations de la santé publique.
Au tour du gym La Forge T-R de garder ses portes ouvertes malgré les recommandations de la santé publique.

Un autre gym défie les mesures sanitaires

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Un autre centre d’entraînement emboîte le pas au Thor Gym de La Tuque et entend garder ses portes ouvertes le plus longtemps possible, défiant ainsi les consignes de la Santé publique du Québec. À Trois-Rivières, la Forge T-R souhaite, par ce moyen, interpeller le gouvernement du Québec afin qu’il soit sensibilisé à la cause des centres du même genre.

C’est donc un deuxième commerce qui assure que ses portes resteront ouvertes au cours des prochaines semaines.

«Le gouvernement ne laisse pas beaucoup de chance à notre industrie», lance d’entrée de jeu le propriétaire de La Forge T-R, Nicolas Fournier.

«S’ils nous ferment encore, on ne pourra pas rester ouvert longtemps par la suite. On a beaucoup de frais de base à payer. On reste ouvert pour les gens, pour la santé financière de notre commerce et aussi pour l’industrie en général», confie-t-il.

Le centre a d’ailleurs reçu la visite des policiers le 12 novembre dernier. Des avertissements ont été distribués, mais pas de contraventions.

Une autre visite a été effectuée le lendemain, le 13, et le surlendemain, le 14.

«À ce moment-là, on s’entraînait dehors, ils ne pouvaient rien dire. Ils ont un travail à faire, mais il y a des limites. Quand la météo est clémente, c’est ce qu’on fait», ajoute M. Fournier, qui s’explique mal pourquoi un centre d’escalade situé sur la même rue peut, lui, opérer sans problèmes.

«Ce n’est pas vrai qu’on désinfecte moins qu’un autre commerce comme celui-là», tonne le propriétaire.

Avec le temps froid qui arrive, les entraînements extérieurs ne seront bientôt plus possibles. Comme il le concède, Nicolas Fournier devra revoir son plan de match.

«On n’aura pas le choix de prendre une décision, mais je ne peux pas croire qu’on ne serait pas capable d’accueillir des gens à l’intérieur de façon sécuritaire», tranche-t-il.

La Tuque ne recule pas

Premier à affirmer haut et fort qu’il resterait ouvert, David Alarie, propriétaire du Thor Gym n’a aucunement l’intention de reculer, bien au contraire.

«J’ai une tête de cochon», lance-t-il, sans équivoque.

De son propre aveu, qu’un autre centre aille dans la même direction ne change pas la donne. Du moins, pour l’instant.

«Il faut que le monde finisse par se réveiller: il n’y a pas plus de gens aux soins intensifs. Tant qu’il y aura des moutons qui vont suivre, ça ne changera pas», affirme-t-il.

«J’ai des paiements, ils ne se feront pas seuls. J’ai mis 12 000 $ dans le gym depuis le début de la pandémie», souligne celui qui constate un certain ralentissement dans la fréquentation de son établissement depuis la médiatisation de cette histoire, la semaine dernière.

À la police de Trois-Rivières, le porte-parole Luc Mongrain assure que les centres d’entraînement ne tiennent pas la Sécurité publique plus occupée qu’à l’habitude.

«Depuis la première vague, c’est tranquille. Nous sommes intervenus en mars ou avril, mais depuis, rien. Nous sommes davantage dans la sensibilisation», a-t-il exprimé.