Samedi, au Carrefour Trois-Rivières-Ouest, 75 enfants ont été allaités en même temps par leur mère, dans le cadre du Défi allaitement Mauricie.

Un allaitement simultané pour vaincre les préjugés

TROIS-RIVIÈRES — Ce sont 70 mères qui ont participé à l’allaitement simultané organisé au Carrefour Trois-Rivières-Ouest par le Centre ressources naissance et le CIUSSS MCQ, samedi, sur le coup de 11 h. Cette activité s’inscrivait dans le cadre du septième Défi allaitement Mauricie, qui se déroulait toute la journée en centre commercial.

Le but de cette journée consacrée à l’allaitement est de démystifier et normaliser l’allaitement dans les lieux publics. «On veut que les mères se sentent à l’aise et accueillies quand elles sortent et qu’elles ont besoin d’allaiter leur bébé. On veut, dans le fond, sensibiliser la population au fait que c’est juste normal d’allaiter son enfant et que des fois, on a à le faire dans des lieux publics», résume Élaine Fréchette, consultante en allaitement et responsable des services en allaitement au Centre ressources naissance.

L’événement est également l’occasion pour certaines mères d’oser allaiter leur enfant en public pour la première fois. «Elles se disent: je vais y aller parce qu’il y a plein d’autres mères aussi. Ça les aide à se dégêner et à allaiter en public», estime Mme Fréchette. Celle-ci estime par ailleurs que même s’il y a du progrès, la société doit encore évoluer pour que l’allaitement en public ne soit pas seulement toléré, mais encouragé, en se montrant plus accueillante envers celles qui décident de nourrir leur enfant de la façon la plus naturelle qui soit.

«C’est leur sourire, leur permettre de participer, ne pas leur jeter de regard qui est parfois méprisant, leur laisser une place, les accepter dans tous les événements et d’aménager, dans certains événements, des lieux plus privilégiés pour qu’elles puissent se retirer et allaiter leur enfant avec plus d’intimité», énumère Mme Fréchette.

Venir à bout des préjugés

La famille porte-parole du Défi allaitement Mauricie était cette année Andrée-Ann Blais, le pilote de motocross Ben Milot et leur fils Morgan. Mme Blais reconnaît elle-même qu’il y a encore un an, elle entretenait de nombreux préjugés envers l’allaitement, au point où elle n’aurait jamais pensé tenter l’expérience. C’est par concours de circonstances, alors qu’elle a décidé d’accompagner son conjoint, engagé pour participer à un spectacle du réputé Franco Dragone en Chine pendant trois mois, qu’elle en est venue à la conclusion que l’allaitement était la solution la plus simple et pratique pour nourrir son nouveau-né. Mme Blais se dit aujourd’hui ravie d’avoir fait ce choix. «Je suis complètement tombée en amour avec l’allaitement. Mon bébé a 11 mois et je l’allaite encore. J’aime ça, c’est un beau moment de proximité avec mon bébé», indique-t-elle.

«J’avais beaucoup de préjugés et d’idées préconçues, peut-être à cause d’une méconnaissance de l’allaitement, poursuit Mme Blais. Étant donné que ce n’est pas quelque chose qui m’attirait, je n’étais pas portée à m’informer non plus. J’avais peur que ça exclue mon chum, alors qu’au contraire, l’allaitement peut inclure les conjoints et conjointes. Ça a été un des plus gros préjugés que j’avais. Ne serait-ce qu’une caresse dans le dos, un soutien moral, ça aide beaucoup.»

C’est d’ailleurs pour combattre ce préjugé en particulier que le Défi allaitement Mauricie souligne particulièrement la contribution des pères pour tenter de les impliquer davantage à l’événement. 

«L’allaitement, c’est un travail d’équipe et les papas font partie de cette équipe. Ils sont là pour rendre ça plus convivial aussi. C’est le partenaire numéro un de maman pour l’allaitement», souligne Mme Fréchette.

Le Défi allaitement se déroulait également dans d’autres villes du Québec et ailleurs dans le monde.