Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier

Un adversaire conservateur de taille pour Bernier dans sa circonscription

MONTRÉAL - Le chef du nouveau Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, aura un adversaire conservateur de taille dans sa propre circonscription aux prochaines élections.

Le Parti conservateur du Canada a révélé samedi que Richard Lehoux, ancien président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), défendra les couleurs de sa formation dans le comté de Beauce.

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer était à Saint-Elzéar, en Beauce, pour en faire l’annonce.

En plus de ses responsabilités à la FQM, Richard Lehoux a été maire de Saint-Elzéar pendant 19 ans. Il avait tiré sa révérence en 2017 pour redevenir agriculteur à temps plein.

En entrevue avec La Terre de chez nous à la fin du mois d’octobre, M. Lehoux avait affirmé que la légalisation du cannabis avait notamment motivé sa décision de se présenter sous la bannière conservatrice.

En mêlée de presse après l’annonce, M. Lehoux a laissé entendre que l’opposition de M. Bernier à la gestion de l’offre pourrait se retourner contre lui.

«J’ai été producteur laitier pendant 35 ans, je connais bien les enjeux», a-t-il déclaré.

Maxime Bernier a déclaré en entrevue qu’il n’était pas surpris que le Parti conservateur «qui supporte le cartel de l’UPA, de la gestion de l’offre» ait choisi un producteur laitier contre lui.

Il s’est d’ailleurs dit flatté que le Parti conservateur dépense tant d’énergie dans sa circonscription.

«C’est un peu un compliment pour moi, a-t-il soutenu en entrevue téléphonique. Ça veut vraiment dire qu’ils ont peur du succès du Parti populaire.»

Maxime Bernier a quitté le Parti conservateur avec fracas, à la mi-août, se disant en complet désaccord avec plusieurs positions de cette formation et de son chef.