Trois frères et leurs conjointes qui se sont mariés en 1957 ont célébré leur 60e anniversaire de mariage ce week-end. Germaine Clermont, Michel Lemay, Gilles-André Lemay, Simone Leclerc, Mgr Gilles Lemay, évêque d'Amos, Anette Blanchette et Raymond-Marie Lemay.

Un 60e anniversaire de mariage... triple!

Peu de couples peuvent se vanter de célébrer leur 60e anniversaire de mariage. C'est pourtant ce qu'ont fait les frères Gilles-André, Raymond-Marie et Michel Lemay et leurs épouses samedi dernier.
Les trois frères se sont mariés coup sur coup au cours de l'année 1957. Provenant d'une famille de 13 enfants, Raymond-Marie a prononcé les voeux en juillet avec Annette Blanchette, Gilles-André unissait sa destinée à celle de Simone Leclerc en août et Michel passait le jonc à Germaine Clairemont au mois de décembre.
Les enfants issus de ces trois unions ont donc organisé une grande fête qui a eu lieu le week-end dernier afin de célébrer ce triple anniversaire de mariage. Environ 150 convives étaient présents pour ce rassemblement qui n'avait rien à envier aux plus grandes célébrations, et ce, malgré l'âge vénérable des fêtés. L'accordéoniste Gaston Nolet était sur place afin d'assurer l'animation. Un repas a été servi et les invités ont également porté un «toast» en l'honneur des trois couples. Les fêtés ont aussi profité de la présence de Mgr Gilles Lemay, évêque d'Amos, afin de renouveler leurs voeux.
Même si tout le monde avait le coeur à la fête, l'excitation et la fébrilité ont fait place à l'émotion à certains moments au cours de la soirée.
«On a lu un texte mes cousines et moi et on a vu qu'ils ont essuyé leurs yeux quelques fois. C'est pour cette raison qu'on a essayé d'être drôles pendant notre discours», témoigne Diane Lemay, la fille de Michel Lemay.
Une telle activité pour souligner cet anniversaire s'imposait d'elle-même selon Mme Lemay, car les trois frères et leurs épouses sont encore très proches malgré les années.
«On les appelle le clan italien, ils se voient encore régulièrement. À la pêche, à la cabane à sucre familiale, tout ce que vous voudrez. Ils s'assoient en rond et discutent. Ils rient beaucoup, c'est beau à voir, ce petit clan italien là», ajoute-t-elle.