Justin Trudeau et Valérie Renaud-Martin, candidate libérale dans Trois-Rivières.
Justin Trudeau et Valérie Renaud-Martin, candidate libérale dans Trois-Rivières.

Trudeau: une approche positive à vendre

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Signe que la campagne électorale est déjà amorcée, Justin Trudeau était de passage dans la région mardi afin de soutenir ses candidats et de rappeler aux gens que son parti propose une approche positive de la politique.

Dans ce qui ressemble à une tournée préélectorale des libéraux fédéraux, Justin Trudeau martèle l’idée de proposer une approche politique positive aux citoyens pour se distancer du Parti conservateur du Canada.

Le chef du Parti libéral du Canada était à Trois-Rivières, mardi matin, afin d’amorcer une tournée québécoise qui l’a mené à Nicolet, à Saint-Hyacinthe et à Sherbrooke. Accompagné d’une quinzaine de candidats, dont Valérie Renaud-Martin dans Trois-Rivières et du ministre François-Philippe Champagne, le chef libéral admettait volontiers que cette visite dans la capitale mauricienne est un signe que le PLC a de grandes attentes concernant la circonscription de Trois-Rivières.

«C’est un endroit extrêmement important. C’est une communauté forte et avoir une candidature de l’envergure de Valérie nous aide», mentionne M. Trudeau.

Plongé dans la tourmente par le commissaire à l’éthique qui l’a condamné pour avoir enfreint la loi sur les conflits d’intérêts dans le dossier de SNC-Lavalin, Justin Trudeau affirme que cette histoire ne lui est pas constamment remise sur le nez par les citoyens qu’il rencontre lors de ses visites dans des lieux publics, comme celle organisée mardi matin dans un restaurant de Trois-Rivières où on pouvait observer la présence de sympathisants libéraux.

«Les électeurs me parlent des emplois, de l’aide aux familles qu’on est en train de livrer, de l’approche positive que je garde toujours en politique. On parle du travail qu’on est en train d’accomplir ensemble, des millions d’emplois à travers le pays, le plus bas taux de chômage depuis 40 ans. Il y a beaucoup de négatif dans le monde. Nous, on reste positif et on essaie de rassembler les gens et je pense que les gens apprécient ça.»

Réalisation du projet de train à grande fréquence et agrandissement de l’aéroport de Trois-Rivières sont parmi les dossiers régionaux sur la table des libéraux. Justin Trudeau rappelle que son gouvernement a répondu présent lorsqu’est venu le temps de soutenir financièrement les victimes de la pyrrhotite. Il estime que les électeurs sauront se rallier à un discours qui parle de développement et d’investissement au lieu d’adopter l’approche conservatrice.

«Je m’attends à ce que les gens fassent un choix positif. Les conservateurs prônent l’austérité. Ils font des coupures. C’est ce qu’ils font à chaque fois. Nous, on a choisi d’investir. On croit qu’investir est la bonne chose. Les conservateurs préfèrent couper, restreindre les investissements pour créer un équilibre budgétaire qui, dans le fond, n’aide pas personne. L’ancien gouvernement et l’ancien maire n’ont rien fait pour la pyrrhotite», indique Justin Trudeau en faisant allusion à Yves Lévesque, l’ancien maire de Trois-Rivières et candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Trois-Rivières.
S’il est vrai que le précédent gouvernement conservateur n’a rien investi pour aider les victimes de la pyrrhotite, le conseil municipal dirigé par Yves Lévesque a accordé un financement récurrent de 50 000 $ par année à la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite et lui a fourni un local.

D’autre part, le taux de chômage au Canada tourne actuellement autour de 5,7 %. Il était de 5,4 % en mai, soit le plus bas taux depuis 1976, l’année où de telles données sont devenues disponibles.

Nathalie Rochefort dans Bécancour-Nicolet-Saurel
Le Parti libéral du Canada a trouvé sa candidate pour la circonscription de Bécancour-Nicolet-Saurel. Il s’agit de Nathalie Rochefort, ex-députée du Parti libéral du Québec de 2001 à 2003 dans la circonscription de Mercier.

Consultante en intégration sociale, Mme Rochefort habite Pierreville depuis un an. Elle sera désignée candidate du PLC vendredi lors d’une investiture qui se déroulera à Sorel.

«Je pose ma candidature pour faire rayonner les petites municipalités. Trois-Rivières, Drummondville, ce sont des villes fantastiques. Mais entre les deux, il y a des petites municipalités qui font des choses extraordinaires et il faut en parler», raconte la candidate qui se décrie comme une femme d’action et engagée dans sa communauté.

La desserte de la fibre optique fait partie des dossiers prioritaires de Mme Rochefort.