Les élus de Trois-Rivières pourraient se pencher sur la limite de vitesse sur l’autoroute 40.

Trop vite sur l'autoroute 40 à Trois-Rivières?

TROIS-RIVIÈRES — Si la tendance du bilan routier était à l’amélioration de 2008 à 2012 sur l’autoroute 40 à Trois-Rivières, le nombre d’accidents a depuis augmenté pratiquement chaque année. Est-ce que cette hausse des dernières années pourrait inciter la Ville de Trois-Rivières à demander une baisse de la limite de vitesse sur le tronçon traversant la capitale régionale? Le conseiller du district du Carmel, Pierre Montreuil, a l’intention de lancer le débat, mardi.

Il va d’abord en discuter avec ses collègues pendant la session de travail prévue mardi. «Je partagerai avec les autres élus la préoccupation d’une citoyenne devant les embouteillages causés par les accidents qui surviennent à l’approche du pont de l’autoroute de Francheville», explique M. Montreuil.

Le conseiller municipal n’a pas l’intention de demander une diminution bien précise. «Nous allons demander au ministère d’abaisser la limite de vitesse sans plus de précision. Aux experts du ministère de poursuivre leur étude et d’établir cette nouvelle limite.»

Après avoir pris le pouls des autres conseillers sur le sujet, M. Montreuil souhaite faire progresser la question jusqu’au comité de circulation. Toutefois, si le sujet faisait l’unanimité mardi, une résolution pourrait être présentée à la séance publique du 18 décembre. Toutefois, l’autoroute est sous la juridiction du ministère des Transports, donc, la décision lui revient.

Après la Vision zéro qui propose entre autres d’abaisser la limite de vitesse à 40 km/h dans les rues résidentielles et collectrices, reste à voir si cette nouvelle proposition va causer autant de controverse et de débats enflammés.

Le nombre d’accidents sur l’autoroute 40 va sûrement avoir une incidence sur la décision des élus. D’ailleurs, les automobilistes qui circulent régulièrement sur l’autoroute 40 à Trois-Rivières et qui ont l’impression qu’il s’y produit régulièrement des accidents n’ont pas la berlue. Selon des statistiques obtenues en vertu de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, 315 accidents se sont produits sur l’autoroute 40 dans la municipalité de Trois-Rivières en 2017, soit du kilomètre 185 au kilomètre 212,5, ce qui inclut le pont Radisson. C’était 282 en 2016, soit une hausse de 11,7 %. En cinq ans, la hausse est de 27,5 %. Le nombre d’accidents matériels majeurs est sensiblement le même qu’il y a 10 ans. Notons toutefois que la façon de les comptabiliser a changé au cours des années. Jusqu’au 17 mars 2010, les accidents «matériels majeurs» comprenaient tous les accidents causant des dommages matériels estimés à plus de 1000 $. Depuis le 18 mars 2010, ce montant a été haussé à 2000 $. Par ailleurs, seulement les accidents de véhicules routiers pour lesquels un rapport d’accident a été complété et transmis à la Société de l’assurance automobile du Québec ont été considérés par le MTQ pour cette compilation.

Ce sont les accidents ayant causé des blessures qui ont le plus augmenté. Ainsi, il y a eu 4 accidents graves sur l’autoroute 40 en 2017 alors que le nombre le plus élevé des dix dernières années était de deux. Pour ce qui est des accidents ayant causé des blessures légères, leur nombre était de 81. En 2013, on en comptait 68, et en 2008, 74.

Il n’y a pas eu d’accident mortel sur cette partie de l’autoroute 40 en 2017. Il y en a eu 7 au cours des dix dernières années.

Le pont Radisson est aussi un point chaud, particulièrement en période de pointe. Pourtant depuis dix ans, le nombre d’accidents a diminué passant de 58 à 48. Encore là, il faut considérer que les accidents matériels ne sont plus comptabilisés de la même façon depuis 2010. Si on compare avec 2013, les accidents sont passés de 43 à 48. Il n’y a eu aucun accident grave ou mortel sur le pont Radisson pendant cette période, selon le ministère des Transports.

Notons que la circulation est dense sur l’autoroute 40. Sur le pont Radisson, selon des statistiques de 2018, 58 000 véhicules environ y circulent chaque jour. Ailleurs sur l’autoroute 40, dans le périmètre urbain de Trois-Rivières, le nombre de véhicules varie de 54 000 à 60 000 par jour, selon le secteur où on se trouve.

Pour ce qui est de l’autoroute 55, le bilan n’est pas vraiment plus reluisant. Les accidents sont beaucoup moins nombreux que sur la 40, mais la circulation est moins importante. De 2013 à 2017, le nombre d’accidents est passé de 45 à 84, soit une hausse de 87%. Il n’y a eu qu’un accident grave en 2017. Ce sont surtout les accidents avec blessés légers qui ont augmenté passant de 7 à 25 en cinq ans, et de 16 à 25 en dix ans. Pour cette compilation, le réseau considéré s’étend du viaduc du boulevard des Forges au viaduc au-dessus de la route 138 (rue Notre-Dame). Le pont Laviolette n’est pas inclus. Sur la 55, toujours dans le périmètre de Trois-Rivières, le débit journalier varie de 36 000 à 53 000 véhicules, selon le tronçon.