Villes où il fait bon vivre au Québec: Trois-Rivières occupe la 5e position

Trois-Rivières — Trois-Rivières figure en cinquième position des 103 villes où il fait bon vivre au Québec après Blainville, Sherbrooke, Mirabel et Deux-Montagnes.

Ce palmarès a été publié par L’Actualité, mercredi, d’après un classement qui mesure la qualité de vie dans les municipalités de plus de 10 000 habitants.

Ce palmarès des villes québécoises a été extrait par L’Actualité du classement national Best Communities in Canada 2019 réalisé par le magazine Maclean’s qui a mesuré la qualité de vie dans les municipalités de 10 000 personnes et plus dans toutes les provinces canadiennes.

Dans la liste, notons que Shawinigan se situe en 38e position, La Tuque en 33e, Bécancour en 22e et Drummondville en 29e.

Le classement est basé sur neuf paramètres. Trois-Rivières se distingue au niveau de trois de ces paramètres qui sont ses points forts, soit l’accessibilité, la santé et les commodités.

Le maire, Jean Lamarche, est visiblement très heureux de ce résultat. «Ça reflète l’objectif de ma campagne, quand je parlais de continuité dans mes allocutions», dit-il. Le maire rappelle qu’il est originaire du quartier Sainte-Cécile et qu’il a connu la fermeture de la CIP où travaillait son père. Le résultat de ce palmarès, dit-il, reflète le nouveau visage qui a émergé de Trois-Rivières depuis cette période. Le palmarès, ajoute-t-il, viendra sûrement aider dans divers projets, comme la rétention des diplômés postsecondaires, la venue du TGV, les projets à l’aéroport, au Port de Trois-Rivières et au Sanctuaire, pour ne citer que quelques exemples.

Le premier paramètre employé pour faire le classement des villes où il fait bon vivre est l’état de l’économie et totalise 20 points.

Le taux de chômage régional compte pour 3 points. La variation annuelle du taux de chômage régional d’après les données de mars 2018 et 2019 compte également pour 3 points. La variation annuelle du nombre d’emplois à plein temps vaut 6 points.

Le revenu médian des ménages compte pour 4 points et la valeur nette des ménages compte aussi pour 4 points. Tous ces éléments totalisent 20 points et sont basés sur la richesse de la population et l’état de l’économie.

L’accessibilité demeure le deuxième élément d’analyse et compte également pour 20 points. Il se détaille comme suit: le pourcentage du revenu discrétionnaire moyen des ménages (4 points), la valeur moyenne des résidences principales (4 points), l’accessibilité à la propriété (4 points), l’accessibilité à la location (4 points) de même que la variation annuelle dans le prix des logements de deux chambres (4 points).

Le troisième élément du classement porte sur le transport durable et vaut 10 points. On y prend en compte le pourcentage des résidents qui se rendent au travail à pied (3 points), en vélo (3 points) ou en transport en commun (4 points).

Le quatrième élément analysé est la croissance démographique sur 5 ans qui compte pour 6 points.

Le taux de criminalité, lui, vaut 7 points. Il est calculé en fonction de la variation sur 5 ans de l’Indice de gravité de la criminalité dans une région desservie par un corps policier.

Le sixième point porte sur les soins de santé et compte pour 11 points. Cet élément prend en considération le nombre de médecins de famille par 100 000 habitants (1 point), le nombre de médecins spécialistes par 100 000 habitants, les cliniques par 10 000 habitants ainsi que la présence d’un hôpital à moins de 30 minutes de distance et possédant une salle d’urgence (2 points). Il comprend aussi le nombre de jours d’attente pour une chirurgie et le temps médian d’attente en jours pour le remplacement de la hanche ou du genou (3 points). À cela s’ajoute le nombre de jours d’attente pour une chirurgie dans la province (3 points). La même note est attribuée à toutes les villes d’une même province.

L’imposition est le septième élément considéré dans le classement et compte pour 7 points (1 pour la TVQ, 1 pour l’impôt foncier en fonction du revenu moyen, 2 pour les impôts fonciers moyens et 3 pour l’impôt provincial sur le revenu).

Les commodités forment le huitième élément d’analyse et comptent pour 2,5 points. Par commodités, on entend la présence d’un cégep (0,5 point), la présence d’une université (1 point), de cinémas (0,5 point) et de restauration (0,5 point).

Le neuvième et dernier point de la liste touche le degré d’implication des gens envers leur collectivité et compte pour 5 points.

En mars 2019, le taux de chômage, à Trois-Rivières, était de 5,8 % (le même qu’à Shawinigan). Le revenu médian des ménages est de 53 768 $ (46 488 $ pour Shawinigan). La valeur moyenne des résidences principales est de 212 329 $(149 073 $ à Shawinigan). L’impôt foncier en pourcentage du revenu moyen est de 2,3 % (2,5 % à Shawinigan) et la facture annuelle moyenne de l’impôt foncier est de 1716 $ (1495 $ à Shawinigan). Le pourcentage de personnes qui se rendent au travail à pied est de 2,6 % (3 % à Shawinigan). Celui de la population qui se rend au travail à vélo est de 0,5 % (0,3 % à Shawinigan) et celui de la population qui le fait en transport en commun est de 1,7 % (0,6 % à Shawinigan). L’indice de gravité de la criminalité (moyenne de 5 ans) est de 58 (69 à Shawinigan) et le nombre de cliniques médicales dans la région sociosanitaire, 192 (67 à Shawinigan).