L'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Un projet de station-service ne fait pas l'unanimité dans Chavigny

Un projet de station-service et de dépanneur est loin de faire l'unanimité dans le district Chavigny, à Trois-Rivières. Un promoteur souhaitant implanter une station-service à l'intersection des rues Notre-Dame Ouest et Brisebois trouvera certainement de nombreux citoyens sur son chemin au cours des prochaines semaines, alors qu'une mobilisation s'organise pour mener le projet à la signature de registres.
Le dossier en était au stade du second projet de règlement, lundi soir à l'hôtel de ville. Peu avant, une trentaine de citoyens du secteur se sont déplacés pour venir faire entendre leur opposition à l'occasion d'une assemblée de consultation.
C'est que si la station-service se réalise, elle devra respecter une zone tampon de cinq mètres entre sa construction et les terrains contigus. Toutefois, cela est loin de satisfaire les citoyens aux alentours, qui ont déjà une petite superficie de terrain, mais qui s'inquiètent aussi des odeurs, de l'achalandage jour et nuit, des possibles déversements dans l'environnement ainsi que de la valeur de revente de leurs maisons.
De plus, à proximité, on retrouve deux garderies en milieu familial ainsi qu'une résidence de personnes âgées, ce qui inquiète plusieurs citoyens. L'un d'eux, Jocelyn Aubut, a également rappelé le danger lié aux émanations d'essence sur la santé, spécialement pour les personnes habitant dans un rayon de 100 mètres autour d'une station-service, selon plusieurs études.
«Si j'avais su qu'une station-service s'implanterait là, je n'aurais jamais acheté cette maison», a déclaré un autre voisin, Luc Richard, suggérant plutôt que le promoteur s'implante dans le nouveau développement du District-55 et laisse les citoyens de ce secteur plus résidentiel avec le peu de quiétude qu'ils peuvent avoir, d'autant plus qu'une autre station-service se trouve à quelques coins de rues à peine de là, sur le boulevard Mauricien.
Un avis sera publié le 16 juillet, invitant les gens qui désirent s'opposer au projet à demander la signature d'un registre. Pour ce faire, la zone concernée par le projet (CL-1306) ainsi que toutes les zones contiguës à cette dernière doivent amasser 12 signatures par zone pour que les citoyens habitant cette zone aient le droit de s'exprimer lors de la tenue d'un registre. Si cela se produit, un avis public indiquera la tenue du registre pour les zones concernées vers la fin du mois d'août.
Si cette étape est de nouveau franchie, le conseil aura alors la possibilité de retirer le projet de règlement ou alors d'aller en référendum sur la question.
Devant les objections soulevées par de nombreux citoyens, la conseillère du district, Marie-Claude Camirand, a choisi de voter contre le second projet de règlement, lundi soir. Il a donc été adopté à la majorité en attendant la suite des procédures.
Les citoyens, quant à eux, se sont montrés déterminés à organiser la mobilisation pour se faire entendre et tenter de bloquer le projet.